L'école en Algérie française : une exposition à découvrir à Rouen

© Musée National de l'Education
© Musée National de l'Education

Le Musée national de l'Education (Munaé) de Rouen rouvre le dossier de l'Algérie française, à travers une exposition "L'école en Algérie, l'Algérie à l'école, de 1830 à nos jours". Les organisateurs souhaitent pouvoir un jour la monter à Alger.

Par DM avec AFP

L'Algérie française par le prisme de l'école


L'exposition "L'école en Algérie, l'Algérie à l'école, de 1830 à nos jours", conçue par Jean-Robert Henry, chercheur et spécialiste du monde méditerranéen est ouverte au public jusqu'au 2 avril 2018, au Munaé, le seul musée en France consacré à l'école. 
Photographie de classe Tourte et Petitin, 1913. Musée national de l'Education à Rouen / © Musée national de l'Education à Rouen
Photographie de classe Tourte et Petitin, 1913. Musée national de l'Education à Rouen / © Musée national de l'Education à Rouen


Des zones d'ombres et de lumières

"Nous voulons montrer la dimension coloniale de l'histoire scolaire française (...) Le cas algérien est tout à fait intéressant car il montre beaucoup d'ombres et de lumières, des choses très bien et d'autres tout à fait ratées", a déclaré à la presse M. Henry lors du vernissage.
"Pour ce cas algérien, on n'a pas voulu tout ramener à une vision franco-française, au contraire", a-t-il dit. "On a essayé de montrer le caractère extrêmement complexe du système scolaire que les Français ont trouvé sur place et comment cette complexité s'est maintenue jusqu'à nos jours", a-t-il ajouté
Quand les Français prennent possession de l'Algérie en 1830, ils trouvent des petites écoles coraniques de villages mais aussi des medersas (école, NDLR) de niveau secondaire dont ils vont faire peu de cas, voire parfois même les détruire.

Gravure de Ferdinand Florentin Froment (1851-1901), d'après le tableau de Henry Jules Jean Geoffroy (1852-1924) présenté au Salon des Champs Elysées de 1896. / © Musée national de l'Education à Rouen
Gravure de Ferdinand Florentin Froment (1851-1901), d'après le tableau de Henry Jules Jean Geoffroy (1852-1924) présenté au Salon des Champs Elysées de 1896. / © Musée national de l'Education à Rouen


Un enfant algérien sur deux est scolarisé en 1962

Quand viendra le temps des réformes de la IIIe République avec Jules Ferry la population européenne va pleinement en profiter mais l'obligation scolaire ne concernera pas les enfants indigènes, à part quelques exceptions. Seuls 10% d'entre eux sont scolarisés en 1940.
Après la seconde guerre mondiale Paris va mettre les bouchées doubles mais "les réformes trop tardives n'empêcheront pas le "problème algérien" de mûrir dans la violence" selon l'exposition. En 1962, 50% des enfants musulmans sont scolarisés.
"Tous ceux qui ont pu entrer dans le système français sont devenus à l'indépendance les élites", a dit Ahmed Djebbar, ancien ministre algérien de l'Education (1992-94).
Après l'indépendance, la scolarisation va se poursuivre grâce à la coopération franco-algérienne.
Selon M. Henry, l'expérience scolaire coloniale continue à produire des effets aujourd'hui en Algérie, avec les débats sur la place de la langue française dans l'enseignement.
"Notre ambition est que cette exposition puisse être vue en Algérie", a dit Florence Hudowicz, commissaire de l'exposition.

 

© Musée National de l'Education
© Musée National de l'Education

 

Sur le même sujet

Cherbourg - Sélestat

Près de chez vous

Les + Lus