Trois ans après la fermeture de Pétroplus : une centaine d’emplois recréée sur le Pôle d’activité des Couronnes

© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie

Un quart des travaux projetés a été réalisé dans le cadre de la reconverstion industrielle de l'ancienne raffinerie de Petit-Couronne selon le Pdg de Valgo. 50 millions d’euros y ont été investis et une centaine d’emplois créés sur ce qui s’appelle désormais le Pôle d’activités des Couronnes.

Par Avec l'ANI


Lors de sa fermeture en 2013, la raffinerie Petroplus employait 450 personnes directement. 

La société Valgo spécialisée dans la déconstruction industrielle avait été choisie en 2014 par les pouvoirs publics avec Bolloré Energie et Eiffage pour conduire la reconversion, la première phase étant consacrée à la dépollution de ce qui avait été un site pétrolier depuis les années 1920. Ce chantier spécifique comprend l’évacuation des produits, le désamiantage, le démantèlement et la démolition et la dépollution des sols.
"A ce jour, détaille Valgo, plus de 14.000 tonnes de produits pétroliers ont été traitées et plus de 16.000 tonnes de métaux ont pu être revalorisées". Il reste encore 55.000 tonnes de ferrailles. Ces travaux d’un montant de 30 M€, s’étaleront sur 4 ans.
En parallèle, Valgo déclare avoir engagé 20 M€ pour installer des activités de recherches et d’innovation dans les laboratoires existants de l’ancienne raffinerie et un biocentre de traitement des terres polluées. Depuis 2015 l’INSA Rouen utilise le site pour un mastère spécialisé en Décommissionnement et Réhabilitation Environnementale, créé en 2015 en partenariat avec Valgo. Enfin quatre entreprises spécialisées dans la R&D sont installées : AXIPEM (analyses d’échantillons et production de kit d’échantillonnage pour l’industrie agroalimentaire), HMC (Diagnostic prélèvement amiante et centre de formation), OHT (traitements des effluents hydrocarburés), ou encore BJL Normandie (analyse amiante de prélèvements d’air).
De son côté la Métropole Rouen Normandie proposera en octobre au Conseil métropolitain la baisse du taux de la taxe d’aménagement à 1%, à l’instar de ce qui a été décidé pour les implantations d’activités sur le domaine du Grand port maritime, afin d’accompagner et d’accélérer la revitalisation du site. Les entreprises qui s’installeront sur le Pôle d’activités des Couronnes pourront bénéficier des aides à l’immobilier de la Métropole.
Selon le plan Le projet de réindustrialisation du Pôle d’Innovation des Couronnes représente à l’horizon 2019, la création d’environ 400 emplois, et l’investissement de 300 M€, par Valgo et ses partenaires. Bolloré Energies va reprendre les capacités de stockages pétroliers de l’ancienne raffinerie pour la gestion des stocks stratégiques de l’Etat et Eiffage étudie l’installation d’une plate-forme logistique de 50 ha.
De leur côté, un groupe d’anciens salariés regroupés par la CGT restent fermement opposés à ce projet de revitalisation. Ce même 24 juin ils se sont réunis  devant l’entrée de l’ancienne raffinerie « pendant que les “traîtres“ ont trinqué à notre défaite », réagit leur porte-parole Yvan Scornet. Il maintient que l’usine pourrait redémarrer avec des sociétés libyennes, iraniennes et suisses.

Sur le même sujet

Stéphane Travert sur les négociations de zones de pêche

Près de chez vous

Les + Lus