Les anti-corrida se paient le Monde

© France3 Aquitaine
© France3 Aquitaine

Les anti-corrida, soutenus par de nombreuses personnalités, ont demandé mardi dans Le Monde, à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, d'inscrire "la pratique de la lutte contre la corrida" à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel français. Zocato réagit.

Par A.H.

En écho à l’ouverture de la saison tauromachique , plus de cinquante noms issus du monde des Arts, de la Culture, de la Recherche et des Universités et de la Politique ont co-signé l'appel paru dans Le Monde, appuyant ainsi le projet de l'Alliance Anticorrida adressé à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication.

"Nous, soussignés, soutenons la demande d'inscription de la lutte contre la corrida à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel français, présenté par l'Alliance Anti-corrida", revendiquent les quelque cinquante signataires : acteurs, chanteurs, écrivains, philosophes et élus.

Selon les signataires,  l'inscription de la lutte contre la corrida à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel français mettrait en exergue "que l'opposition
à la corrida constitue une expression sociétale, philosophique et juridique". Claire Starozinski, porte-parole de l'Alliance anti-corrida  "que le ministère de la Culture a déjà fait suivre son dossier d'inscription à la direction générale des patrimoines et à Aurélie Filippetti".

"Parmi les pratiques inscrites à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel français, seule la corrida fait l'objet d'une opposition spécifique", écrit l'Alliance Anti-corrida.

Réaction de Zocato

Notre confrère Zocato, chroniqueur taurin, a réagit à cette communication "ce qui pose question c'est si c'est une réaction contre la tauromachie ou contre le classement à l'Unesco ? Car ce classement est apolitique, anthropologique et culturel et cahque classement doit pouvoir répondre à 136 questions... La corrida a eu 135 "oui" pour ces questions et était en tête de ce classement français de 2011, qui distinguait aussi bien la tarte Tatin que les parfumeurs de Grasses, la tapisserie d'Aubusson ou le Fest Noz breton... Ce qui montre le côté partial de ce coup de pub des anti-corrida, puisque cela se résume à cela. Nous aurions très bien pu trouver tout autant de personnalités pro-corrida. Il faut quand-même rappeler que la corrida concerne 4 régions en France, 12 départements et 58 villes qui possèdent des arènes ! Peut-être, ce qui doit les mettre en colère c'est que l'Espagne est en train de poser une candidature pour faire reconnaître la corrida à l'Unesco. Et qu'elle fait partie des 8 pays dans le monde où c'est une tradition (avec le Mexique, le Vénézuela, le Pérou, l'Equateur, la Colombie, Cuba et le Portugal) et qu'elle pourrait bien y arriver..." (Zocato répondait aux questions de Catherine Bouvet).

L'inscription de la tauromachie à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France, demandée en avril 2011 par l'Observatoire national des cultures taurines, créé en 2008 à Arles (Bouches-du-Rhône), avait provoqué de vives réactions des anti-corridas.
Dès le début de la polémique, le ministère avait expliqué "qu'il inventorie au titre du patrimoine immatériel, comme matériel, ce qui existe en France, comme la tarte tatin et la corrida, conformément à l'article 12 de la Convention de l'Unesco".

Sur le même sujet

Grève de l'AVEC

Près de chez vous

Les + Lus