Infrastructures: LGV Limoges-Poitiers et A 831 ne sont pas retenues comme prioritaires par le rapport Duron

© MAXPPP. Photo d'illustration
© MAXPPP. Photo d'illustration

Le député PS Philippe Duron remettra son rapport cet après-midi au gouvernement, un rapport qui propose de différer des lignes à grande vitesse. Le premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare déjà l'approuver.

Par Nicole Brémaud+ AFP


Le  Schéma National des Infrastructures de Transport lancé en 2007 par l’ancienne majorité a été revu et corrigé par la commission Duron. Des 70 projets d’autoroute et de LGV envisagés il y 6 ans, une quinzaine seulement a été retenue . Parmi les dossiers de la région Poitou-Charentes, le projet d'autoroute reliant Fontenay-le-Comte à Rochefort, l'A831 et la LGV Poitiers-Limoges ne sont pas retenus comme prioritaires.
récit : Sandrine leclère

rapport duron

Dans une interview accordée à Florian Ringuedé dans le 12/13, Dominique Bussereau ex ministre des transports et président du conseil général de Charente-Maritime revient sur le rapport du député PS Philippe Duron qui enterre le projet d'autoroute A831 entre Fontenay-le-Comte et Rochefort. Il trouve cette décision scandaleuse:

dominque bussereau


Ce rapport de la commission Mobilité 21 ne retient qu'une seule LGV (Bordeaux-Toulouse) à l'horizon 2030. Il privilégie la desserte ferroviaire de proximité au lieu de la grande vitesse.


Le premier ministre Jean-Marc Ayrault se prononce: 


Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare, dans une interview à L'Usine nouvelle, partager le diagnostic du rapport Duron sur les transports, qui propose notamment de différer la construction de plusieurs lignes de train à grande vitesse.
 
 Accusant le précédent gouvernement d'avoir commis "une erreur et un mensonge" en laissant croire que le secteur pourrait bénéficier de 250 milliards d'euros en vingt ans, M. Ayrault assure que le rapport Duron "sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de
transport".
           
 "Le rapport de la commission sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport", se félicite M. Ayrault. Il propose de "reprendre à notre compte ses recommandations préalables : continuer à investir, axer nos interventions sur la qualité de service, investir là où c'est le plus utile pour la croissance du pays".
           
 
Aux élus regrettant de voir leurs projets de grande vitesse reportés à après 2030, il répond que "le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu'il faut rénover. "Les choix que nous aurons à faire avec les élus, dans la concertation, ne consistent pas à se demander si nous mettrons des moyens dans les transports. Nous les mettrons."





A lire aussi

Sur le même sujet

La CGT gronde chez Legrand

Actualités locales

Les + Lus