Récoltes saisonnières : tardives en Lot-et-Garonne, contestée en Dordogne

Une tonne de melon passe dans les locaux de cette coopérative de Nérac alors qu'à la même période trente tonnes sont traitées quotidiennement. Le triste printemps a décalé le temps des récoltes de nombreux autres produits saisonniers. / France 3 aquitaine
Une tonne de melon passe dans les locaux de cette coopérative de Nérac alors qu'à la même période trente tonnes sont traitées quotidiennement. Le triste printemps a décalé le temps des récoltes de nombreux autres produits saisonniers. / France 3 aquitaine

Retard prolongé pour les melons de Nérac, fraises contestées quant à leur culture en Dordogne. La saison a du mal à trouver ses marques à cause des intempéries du printemps. Tout est en décalage, la production n'est pas à son sommet avec un mois de retard.

Par Bertrand Lerossignol

Il suffit de regarder les étales, si l'on cherche des produits maraîchers français, les prix sont beaucoup trop hauts pour inciter à consommer. La raison de cette surenchère, la rareté de certains fruits et légumes.

Le consommateur responsable.

Si vous avez la fibre de veiller à l'empreinte carbone générée par ce que vous achetez, il y a peu de fruits et légumes d'origine française pour satisfaire vos besoins, car les coûts sont élevés.
Le melon de Nérac en est l'exemple flagrant, terre de production du petit gris charentais, les trente producteurs de la coopérative fournissent actuellement une tonne de cucurbitacées par jour. Alors qu'à cette époque, ils devraient livrer quotidiennement trente tonnes de ce fruit ou de ce légume ! Le melon est un fruit issu d'une production potagère.
Les sucres, la couleur orangée, les nervures sur la peau du fruit ne sont pas au maximum de la maturité.
De l'aveu des producteurs, le melon est en retard d'un mois. Les conditions climatiques meilleures permettent aux plants de croître avec tous les atouts de ce fruit si consommé l'été. Frais, fruité, juteux, odorant le melon sera le produit phare des étales, à des prix raisonnables, dans des quantités importantes, étiquetés d'origine "France", à compter de la mi-juillet.

Récoltes saisonnières

 

 

Vos commentaires

Sur le même sujet

Bordeaux capitale de la malbouffe

Actualités locales

Les + Lus