Sept ans après “Xynthia”, beaucoup reste à faire pour protéger la Charente-Maritime

Travaux sur la digue de St-Clément-les Baleines en partie détruite par la tempête Xynthia en février 2010. / © Maxppp
Travaux sur la digue de St-Clément-les Baleines en partie détruite par la tempête Xynthia en février 2010. / © Maxppp

Alors qu'un risque de submersion marine due à une forte houle conjugué à un fort coefficient de marée est annoncé pour mardi prochain sur le littoral, et sept ans après Xynthia, de nombreuses zones en Charente-Maritime restent vulnérables malgré les importants travaux déjà engagés.

Par C.H avec AFP

Sept après la tempête "Xynthia" qui avait dévasté tout l'ouest de la France, des travaux de protection ont été réalisés ou sont en cours
pour protéger les 470 km de côtes en Charente-Maritime mais les élus du département soulignent que certaines zones ne sont pas encore suffisamment protégées.
Les inondations provoquées par "Xynthia" dans la nuit du 27 au 28 février 2010 avaient tué 47 personnes en France, dont douze en Charente-Maritime. Sept ans plus tard, le département représente "le plus grand chantier de France" dans le domaine de la défense du littoral, avec "126 projets lancés ou achevés" sur 137, souligne Lionel Quillet, vice-président du Conseil départemental et président de la Commission littorale départementale qui en assure la maîtrise d'ouvrage.
"On a un niveau de protection supérieur à avant Xynthia", se félicite le maire de Loix, petite commune de l'île de Ré.

Chantiers bloqués à Fouras et Charron

Dans la partie nord du département, entre Rochefort et La Rochelle ainsi que sur les îles de Ré, Aix et Oléron, de nombreux chantiers sont effectivement en cours. Mais beaucoup de points de faiblesse demeurent: six opérations sur dix sont ainsi à l'arrêt dans différentes communes de l'île de Ré en raison de problèmes environnementaux, administratifs ou techniques. Et sur le continent, le chantier de Fouras se heurte à l'opposition de riverains jugeant qu'il va boucher la vue. "Par endroits, il faudrait des digues transparentes", se désole Lionel Quillet. 
C'est pire à Charron, limitrophe de la Vendée, où aucun accord n'a pu être trouvé. "Le projet de renforcement de la levée de terre, qui longe la Sèvre niortaise sur six kilomètres, est bloqué par l'Etat, alors qu'en face la Vendée a érigé de hautes défenses à l'embouchure de la baie de l'Aiguillon", explique Lionel Quillet.

"Si une tempête frappait comme en 2010, la ville pourrait être impactée plus violemment encore. Tant que cette question ne sera pas réglée, la Charente-Maritime servira de champ d'expansion", met-il en garde, déplorant que "l'arbitrage de l'Etat n'ait pas été fait".


Jérémy Boisseau, maire de Charron, où les inondations avaient fait trois morts en 2010, n'en veut pas pour autant à ses voisins: "Les Vendéens ont fait ce qu'il fallait. Ils n'ont pas attendu de savoir s'ils pouvaient ou pas, si les services de l'État étaient prêts. Ils ont pris leurs responsabilités d'élus et ont renforcé leurs digues" estime-t-il
Et, pour lui, il faudrait faire de même en Charente-Maritime au lieu d'accentuer sa "vulnérabilité."

Inquiétudes à La Rochelle et Talmont

L'inquiétude est de mise également à La Rochelle, où personne n'a encore réussi à concilier la défense du littoral avec la protection des monument historiques. Aucune solution n'a en particulier été trouvée pour fermer le Vieux Port, qui a débordé en 2010.
Plus au sud, entre Rochefort et l'estuaire de la Gironde, une zone moins durement frappée par "Xynthia", pratiquement aucun système de défense n'est apparu "à part quelques petites choses ça et là", résume Lionel Quillet.
"Je n'ai aucune commune ou communauté de communes porteuse de Programme d'action et de prévention des inondations (PAPI). Je ne peux rien faire", constate-t-il. La faute de l'Etat, qui a tardé à accepter que ce PAPI soit porté par un syndicat mixte regroupant trois communautés de communes et la Communauté d'agglomération de Royan, se défend son président, Pascal Ferchaud.
A Talmont-sur-Gironde, village classé monument historique, le maire, Stéphane Loth, voudrait bien agir: "Mais, ma commune est située sur une falaise qui subit l'érosion. Or, ni les falaises, ni le phénomène d'érosion ne sont éligibles au Fonds Barnier, qui indemnise les collectivités...".
Au 1er janvier 2018, la compétence Gémapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) entrera en vigueur pour rendre désormais les maires et présidents de communautés urbaines responsables de la sécurité de leurs administrés. La loi obligera alors les élus à trouver des solutions.



Sur le même sujet

Grève de l'AVEC

Près de chez vous

Les + Lus