L’association FIBD Angoulême et 9eArt+ interpellent la ministre de la Culture

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, était présente au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, le 26 janvier dernier. / © Yohan BONNET / AFP
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, était présente au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, le 26 janvier dernier. / © Yohan BONNET / AFP

La nouvelle Association pour le Développement de la Bande Dessinée à Angoulême a vu le jour hier, son président Bruno Racine est nommé. Au vu des statuts de cette entité, les acteurs historiques craignent "pour l’indépendance du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême".

Par Coralie Roland

Après un enchaînement tensions – réflexions - médiation, et après une édition 2017 réussie, la tension est de retour autour du FIBD.

Retou en arrière. En avril 2016, la ministre de la Culture et de la communication Audrey Azoulay confiait à Jacques Renard "une mission de médiation et de propositions", après des mois de remous entre les différents partenaires du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

De cette mission est née l'Association pour le Développement de la Bande Dessinée à Angoulême, idée présentée le 18 janvier dernier. Selon le ministère, cette structure "permettra d'assurer une meilleure coordination et une meilleure implication des partenaires dans les orientations importantes du festival et dans l'utilisation des moyens financiers qui lui sont alloués. Elle travaillera en concertation étroite avec la société 9ème Art+, qui assure l'organisation du festival ainsi qu'avec l'association du Festival International de la Bande Dessinée, qui est invitée à rejoindre la nouvelle association."

Aujourd’hui, au lendemain de la création formelle de l’association et la nomination de Bruno Racine à sa présidence, les deux entités que sont l’association FIBD Angoulême et l’entreprise 9eArt+ ont envoyé un communiqué de presse intitulé "pour l’indépendance du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.
"Le Festival, devenu aujourd’hui l’un des évènements majeurs du paysage culturel français, est issu d’une initiative citoyenne associative. Sa réussite et son rayonnement mondial sont directement liés à son indépendance, aussi bien vis-à-vis du champ politique que du secteur marchand. C’est cette indépendance qui se trouve de facto mise en cause par la création de cette nouvelle association."

L’association FIBD et 9eart+ évoquent même "une action qui revêt les allures d’une tentative de prise de contrôle de la manifestation." Ce qu’évoquait dès hier notre confrère Francis Forget dans un article publié sur son Blog BD de Culturebox.

L’objet de ce communiqué est d’interpeller la ministre de la Culture afin qu’elle intervienne "pour faire modifier dans les meilleurs délais les statuts de l’Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême".




Sur le même sujet

Jean-Marie Colon, rencontré le lendemain de l'audience correctionnelle

Actualités locales

Les + Lus