GM&S : le cameraman travaillant pour Arte interpellé à Guéret

GM&S : interpellation d'un cameraman travaillant pour la chaîne Arte pendant l'évacuation de la préfecture de Guéret ce mercredi 20 septembre 2017. / © Nicolas Chigot/France 3
GM&S : interpellation d'un cameraman travaillant pour la chaîne Arte pendant l'évacuation de la préfecture de Guéret ce mercredi 20 septembre 2017. / © Nicolas Chigot/France 3

Lors de l'évacuation des salariés de GM&S de la préfecture de Guéret, Lech Kowalski, réalisateur indépendant qui couvre pour Arte le conflit depuis 10 mois a été interpellé par les forces de l'ordre. Massée devant le commissariat de Guéret, une cinquantaine d'employés de GM&S exige sa libération. 

Par Marine Guigné



Ce matin, une centaine de salariés de Gm&S a pris la direction de la préfecture de Guéret. L'occupation des locaux, a débuté vers 10 heures. Pas d'entrevue avec le préfet, mais une délégation de salariés a obtenu la possibilité d'échanger avec le conseiller de Bruno Le Maire depuis Bercy par visioconférence. Ils n'auraient obtenu aucune avancée.
 

Refus d'obtempérer et outrages à agent 


Cet après-midi, vers 16 heures, les forces de l'ordre sont intervenues afin d'évacuer le hall d'entrée de la préfecture où se tenaient une délégation de salariés de GM&S. Une évacuation "un peu musclée" selon des témoins et au cours de laquelle le cameraman travaillant pour Arte, Lech Kowalski a également été interpellé puis transféré au commissariat de Guéret. Selon le preneur de son de cette équipe de la société de production Revolt Cinema, couvrant le conflit depuis 10 mois pour la chaîne Arte :

" Lech Kowalski s'est plaint car la caméra aurait été abîmée lors de l'évacuation, les forces de l'ordre l'ont alors interpellé".


Les motifs de la garde à vue retenue contre le cinéaste indépendant sont : refus d'obtempérer et outrages à agent, selon notre équipe sur place.  
 

Le ton se durcit 


Ce soir une cinquantaine de salariés occupe le site de La Souterraine où la brigade de gendarmerie locale a été déployée. Selon Etienne Lejeune, premier adjoint: " Une trentaine d'élus du pays sostranien a rencontré les salariés cette après-midi dans une salle de réunion. Nous avons fait le point sur la situation. Les salariés nous ont fait part de leurs craintes".


Le plan de reprise de GMD, spécialiste de l’emboutissage a été validé sur la base du maintien de 120 emplois sur 277.

A lire aussi

Sur le même sujet

A Saint Maixent, un garage solidaire pour faire baisser la facture

Près de chez vous

Les + Lus