GM&S : un CE sous haute tension

Réunion sous tension du CE de GM&S, le 11 septembre 2017 / © Mary Sohier / France 3 Limousin
Réunion sous tension du CE de GM&S, le 11 septembre 2017 / © Mary Sohier / France 3 Limousin

Le CE de GM&S s'est réuni, ce lundi 11 septembre 2017, à La Souterraine. Une réunion sous haute tension : la salle où se déroulait le CE a été envahie par les salariés. Alain Martineau, le nouveau patron du site, a réaffirmé : "120 postes, pas un de plus !"

Par Marie-France Tharaud, avec Mary Sohier

La réunion du CE de GM&S, ce lundi 11 septembre 2017, a été interrompue vers 15 heures 50, environ une heure après avoir commencé, par les salariés de l'entreprise.

Des salariés mécontents suite à la venue de leur nouveau patron, Alain Martineau, le PDg de GMD, repreneur de GM&S.

"120 postes, pas un de plus !", a indiqué le nouveau patron Alain Martineau aux élus de GM&S.

Une brève intervention avant de repartir, au cours de laquelle il a confirmé cent dix millions de commandes et son souhait de voir l'activité du site de La Souterraine reprendre rapidement.

Alain Martineau s'est fait interpeller par les salariés qui lui ont demandé des primes plus élevées pour ceux qui vont être licenciés.

Réponse du nouveau PDg : "Je n'y peux rien, c'est pas à moi qu'il faut demander"

Suite à ce passage éclair d'Alain Martineau, les salariés qui se trouvaient à l'extérieur de la salle où se tenait le CE, ont décidé d'envahir les lieux.


A la fin de cette journée marquée par le retour de tous les GM&S sur le site de La Souterraine et la tenue du CE extraordinaire, interrompu par des salariés, le délégué CGT Vincent Labrousse affirme que le combat continue pour obtenir du repreneur plus que cent vingt emplois et des primes supra-légales pour les employés qui quitteront l'entreprise.

GM&S : interview du délégué CGT Vincent Labrousse
Journée de retour sur le site de La Souterraine pour les salariés de GM&S. A l'issue de la réunion de CE, pas d'avancée sur les revendications des GM&S : plus de 120 salariés repris et des primes supra-légales pour ceux qui vont partir. Intervenant : Vincent Labrousse, délégué CGT - France 3 Limousin - Christophe Bodin, André Abalo



Sur le même sujet

Le SOS de l'entreprise CET de Bayonne

Près de chez vous

Les + Lus