GM&S : GMD rachèterait les murs, les salariés dans l'expectative

© André Abalo - France 3 Limousin
© André Abalo - France 3 Limousin

Alain Martineau serait prêt à racheter les murs de l'usine GM&S pour 1 million d'euros. Information de nos confrères de France Bleu Creuse. A La Souterraine, on espère mais on attend des garanties écrites. 

Par H.A avec AFP

A la veille de sa visite sur le site de La Souterraine, Alain Martineau, Pdg de GMD, seul repreneur potentiel de GM&S est prêt à racheter les murs de l'usine pour un million d'euros.


1 million ?

Mais les locaux valent-ils ce prix ? Une équipe d'experts de l'établissement public foncier de la région Nouvelle-Aquitaine était justement sur les lieux ce 26 juillet 2017 pour faire un audit. Les locaux appartiennent en fait toujours aux anciens propriétaires, les trois actionnaires d'Altia qui ont fixé ce loyer à 25.000 euros par mois.

"Le projet est de racheter les murs pour un million d'euros. Cela me paraît plus simple. Il y a des choses à remettre en état", a déclaré par téléphone à l'AFP Alain Martineau, PDG de GMD, confirmant une information donnée par France Bleu Creuse. 

GM&S : et si GMD rachetait les murs ?
Ce mercredi 26 juillet 2017, Alain Martineau, le PDG de GMD le seul repreneur potentiel, a annoncé être prêt à racheter les murs de l'usine située à La Souterraine. •Arnaud Herry, Etablissement public foncier de Nouvelle Aquitaine Etienne Lejeune, président de la communauté de communes Ouest Creuse •Yann Augras, Délégué CGT - GM&S - Nicolas Chigot & Noëlle Vaille & Léo Aubisse


Sur le site creusois, les salariés accueillent la nouvelle. Pour Yann Augras, délégué CGT, "si on se place dans un point de vue positif, cette annonce signifie que M. Martineau est prêt à investir un million d'euros de sa poche et donc que son intention est de pérenniser le site en s'appuyant sur ses compétences et savoir-faire. Si et seulement si, contrairement à ceux qui l'ont précédé, il ne prélève aucun loyer", via une société civile immobilière (SCI), a commenté Yann Augras, délégué CGT.

Dans un premier temps, la Communauté de communes avait été désignée volontaire par Bercy pour racheter les murs. Son président serait donc ravi qu'on le délivre de ce poids :  "Tout est tellement changeant dans ce dossier. Ce rachat serait effectivement un gage de pérennité du site, mais je ne m'avancerai pas maintenant pour avoir tort dans deux heures. Il faut attendre des écrits" tempère Etienne Lejeune, président de la Communauté de communes Monts et Vallées Ouest Creuse. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Le théâtre de la Passerelle à Limoges en danger

Près de chez vous

Les + Lus