GM&S : des salariés sur le qui-vive

Les salariés de GM&S réunis en assemblée générale le 25 juillet 2017 / © André Abalo - France 3 Limousin
Les salariés de GM&S réunis en assemblée générale le 25 juillet 2017 / © André Abalo - France 3 Limousin

Au lendemain du nouveau report prononcé par le tribunal de commerce de Poitiers, les salariés sont réunis en assemblée générale depuis 11h ce 25 juillet 2017. Des salariés sceptiques sur le projet de reprise et sur les intentions de chacun des acteurs du dossier. 

Par Hélène Abalo

C'est une nouvelle attente qui commence pour les salariés de GM&S. Hier, 24 juillet 2017, le tribunal de commerce de Poitiers a (une nouvelle fois) reporté sa décision. Il faudra attendre lundi 31 juillet pour une nouvelle audience. Ce matin, 25 juillet, lors d'une assemblée générale, les personnels ont pu prendre connaissance de l'intégralité du communiqué de presse envoyé par Bercy dans lequel Bruno Le Maire demande aux GM&S d'accepter l'offre de reprise partielle de GMD. Cette acceptation est la dernière des conditions pour que le dossier aboutisse. 

Les 15 millions d'euros d'investissement ont été obtenus et le bail de location du site remplit désormais les critères exigés. Ne reste plus que l'adhésion des 277 hommes et femmes de l'entreprise au projet industriel de l'emboutisseur GMD, c'est-à-dire accepter 157 licenciements et 120 emplois sauvés. Il est évident que la partie est loin d'être gagnée. 



Le président du groupe GMD, Alain Martineau, est annoncé sur le site de La Souterraine jeudi 27 juillet pour recueillir l'avis du personnel. Vendredi sera le dernier jour travaillé à l'usine avant la fermeture pour la période estivale.

GM&S : une si longue attente


Les ouvriers ont l'impression que les acteurs du dossier veulent gagner du temps, comptent sur les vacances pour que les esprits s'apaisent et que de nouvelles actions ne soient pas menées. Pour les représentants syndicaux, la lutte continue. Une nouvelle action aura lieu cette semaine mais on ne sait pour le moment ni le lieu ni l'heure ni de quoi il s'agit.

Seule certitude, deux cars ont été affrétés pour conduire lundi prochain un maximum de salariés devant le tribunal de commerce de Poitiers. Ils vont reporter leurs congés pour être là au moment où le verdict final devrait enfin tomber.

Sur le même sujet

A Saint Maixent, un garage solidaire pour faire baisser la facture

Près de chez vous

Les + Lus