Série Arbres remarquables du Limousin : le chêne de Sazeirat (23)

Série Arbres remarquables : le chêne de Sazeirat
Direction la Creuse, commune de Arrènes. Ce chêne pédonculé a poussé en plein champ, au coeur des dépendances du château de Sazeirat. Il aurait entre 400 et 500 ans. - France 3 Limousin - Isabelle Rio Margaux Blanloeil Julie Dubois Jean-François Andrieux Marion Haranger

Tout au long de l'été, Isabelle Rio et son équipe vous proposent de poser un regard appuyé sur ces vénérables arbres qui participent à la richesse de notre patrimoine végétal. Ils sont parfois sous nos yeux ou au contraire oubliés au fond d'une clairière retirée... aujourd'hui, le chêne de Sazeirat

Par Isabelle Rio

Parce que les arbres se regardent... et s'écoutent

Direction aujourd'hui la Creuse, pour la petite commune d'Arrènes. 25 villages sont dispersés autour du bourg, dans un paysage très vallonné, sur les contreforts des monts de Saint-Goussaud, face au plateau de Bénévent.

Après une brève plongée dans la forêt, cet arbre remarquable apparait, majestueux. Ce chêne pédonculé a poussé en plein champ, au coeur de l'une des dépendances du château de Sazeirat. Le ruisseau du Moulard nourrit ses racines. Il aurait entre 400 et 500 ans. Sa circonférence fait 7,20 mètres, à 1m30 mètre du sol, pour une hauteur de 30m environ. Il est appelé "le chêne de Sully" ou le "Chêne de Sazeirat".

Blessé mais pas mort...

Une branche conséquente s'est cassée à sa base et laisse apercevoir l'intérieur de l'arbre, en grande partie creux. Sa générosité et son équilibre n'en paraissent pas impactées. La branche est aujourd'hui sculpturale, comme une vague. Le promeneur y trouve un moyen d'accéder à la partie haute de la branche, tel un pont vers l'imagination. Car selon le moment et la lumière, l'histoire que vous raconte ce vénérable pourra être différente. 
Meurtri et vidé, il reste colosse pour le bonheur de nos yeux et de notre sérénité.

Retrouvez cet arbre comme d'autres tout aussi remarquables dans l'ouvrage paru aux Ardents Editeurs "dialogues avec des arbres remarquables en Limousin" signé Cécile Auréjac - rédactrice, Alain Freytet - Paysagiste dplg et Franck Watel - graphiste, scénographe.

Pourquoi l'appeler "Chêne de Sully ?"

Sully était un ministre de Henri IV. Il a été grand voyer de France, c'est à dire responsable des routes royales. Il y a fait planter beaucoup d'ormes notamment, des tilleuls et fait cesser d'une manière générale la dévastation des forêts afin de garantir les futurs approvisionnements en bois de constuction, notamment pour la marine. Beaucoup d'arbres sont ainsi nommés Chênes ou Tilleuls de Sully, car on pense que leur plantation date de cette époque, sans l'être forcément.

Sur le même sujet

Jacobo Gonzalez Arnao Campos, Consul d'Espagne à Bordeaux

Près de chez vous

Les + Lus