Coupe de France : Thouars, l’autre adversaire du PSG

L'attaquant du PSG Laurent Leroy (D) est aux prises avec le joueur de Thouars Jerôme Denuault (D), le 20 Janvier 2001, durant la rencontre Thouars/PSG comptant pour la Coupe de France de football. PSG bat Thouars 2 à 0. / © MARCEL MOCHET / AFP
L'attaquant du PSG Laurent Leroy (D) est aux prises avec le joueur de Thouars Jerôme Denuault (D), le 20 Janvier 2001, durant la rencontre Thouars/PSG comptant pour la Coupe de France de football. PSG bat Thouars 2 à 0. / © MARCEL MOCHET / AFP

A une semaine du 8è de finale entre Niort et le PSG, remontons le temps pour les années 1998 à 2001. L’équipe des Deux-Sèvres qui affrontait les Parisiens, c’était alors Thouars. Trois fois en quatre saisons. Témoins et acteurs en gardent des souvenirs forts, presque 20 ans plus tard.

Par Coralie Roland

L’histoire du PSG a déjà croisé celle d’un club deux-sévrien. Le PSG a même déjà joué au stade René Gaillard de Niort. Pas contre les Chamois niortais mais contre Thouars. Première rencontre en janvier 1998, pour un 32è de finale de Coupe de France. Les Parisiens composaient déjà l'une des meilleures équipes de Première Division.
 

Croiser des gens de cette importance, c’est un souvenir mémorable.

G. Banchereau
 
Actuel vice-président du club de Thouars, Gabriel Banchereau était déjà à l’époque membre du bureau du club thouarsais. "En 1998, c’était la première fois qu’on avait affaire à un club d’un tel niveau. Il y avait bien eu les Girondins de Bordeaux en 32è de finale de Coupe de France en 1985, mais ce n’était pas pareil quand même". Pour mémoire, les Girondins (époque Dropsy, Battiston, Tigana… sous la direction d’Aimé Jacquet) avaient battu Thouars 6 à 1 dans le stade de Brive. "On en a passé des soirées de préparation, d’abord à Thouars puis à Niort où serait joué le match, raconte Gabriel Banchereau. Il fallait s’occuper de la billetterie, de la gestion des buvettes. Nous travaillions avec la ville de Niort, avec la préfecture pour les parkings et la sécurité. Il y avait des personnes mobilisées dans tout le Thouarsais pour que tout se déroule dans les meilleures conditions possibles". Avec autant d’énergie dépensée dans les préparatifs, ses souvenirs de la rencontre pourraient être riches : "Le match ? Je ne peux pas trop vous dire, j’étais aux entrées en 1998. J’en ai vu des bribes mais bon, je n’en ai pas vraiment de souvenir". C’est aussi cela l’engagement associatif.
 
Celui qui en a des souvenirs, c’est Laurent Cadu. L’actuel directeur du Pôle espoir de Châteauroux était capitaine de Thouars en 1998. "Mon premier souvenir, c’est le tunnel de René Gaillard, avant d’entrer sur le terrain, avec Rai à mes côtés. C’était déjà un des meilleurs joueurs du monde. L’international brésilien faisait pas loin d’une tête de plus que moi. C’était quelque chose de côtoyer un joueur comme lui, au top". "Avoir joué contre Rai, on ne peut pas l’oublier" confirme Jérôme Denuault, lui aussi membre de l’équipe. "Jouer le PSG, on y avait même pas pensé. C’était déjà une des meilleures équipes du championnat. Aujourd’hui, ça a encore pris une autre dimension", estime-t-il.

En face, c’était Revault quand même !

 
17 janvier 1998 : le CSCT (Club Sportif des Cheminots Thouarsais) et le PSG, présidé par Michel Denisot, s’affrontent dans le stade de Niort, celui de Thouars n’étant pas homologué pour une telle rencontre. Rai ouvre la marque au quart d’heure de jeu. "Je me souviens de ce but de Rai. Un but de la tête. On le savait que c’était son point fort, on les avait étudié tous ces joueurs", se rappelle Laurent Cadu. Laurent Fournier puis Florian Maurice marqueront à leur tour pour le PSG. Il faudra attendre la 78è minute du match pour qu’un Thouarsais sauve l’honneur, en l’occurrence Zouaoui, sur penalty. "Je devais le tirer, mais il a insisté pour que je lui laisse la place. En face, c’était Revault quand même !" se remémore l’ancien capitaine. Les équipes se quittent sur le score de 3 buts à 1. Cette année-là, le PSG remportera la Coupe de France.
 
1998 : Compte-rendu du match entre Thouars et le PSG (1-3)
Un reportage de JJ Cecconi, F. Gibert, A. Darrigand, N. Auneau, B. Breugnot, D. Dubly et P. Lucas avec les interviews de Michel Denisot, pdt du PSG, Laurent Cadu, capitaine du CSC Thouars, d'Antonio Da Silva du CSC Thouars, de Rai, attaquant du PSG et de Thierry Goudet, entrapineur du CSC Thouars.

 
Au gré des victoires et des tirages au sort la saison suivante, les deux équipes se retrouvent. Le match est programmé à Angers, au soir du 22 janvier 1999. Seulement, le brouillard s’invite à la fin de la première mi-temps, alors que Paris mène 2 à 0. "J’ai le souvenir de Michel Denisot et de Xavier Gravelaine dans les vestiaires qui essayaient de faire pression sur l’arbitre pour qu’on finisse le match". Peine perdue. Les deux équipes se retrouveront à Poitiers au stade de la Pépinière le 9 février. Adaïlton Martins, encore un Brésilien, inscrit le premier but pour Paris et Xavier Dudoit égalise pour Thouars à la 45è, d’un plat du pied qui trompe Bernard Lama. La seconde mi-temps reste stérile et les Deux-Sévriens poussent les Parisiens aux prolongations. C’est finalement Adaïlton Martins qui marque à la 108è et s’en est fini pour Thouars dans cette Coupe de France 1999. 
 
1999 : compte-rendu du match rejoué entre Thouars et le PSG (1-2 ap)
Un reportage de JL Roussilhe, L. Beaumel, JY Guilloux, D. Hervot; JM de Berranger avec les interviews de X. Dudoit, du Thouars Foot 79, d'Arthur jorge, entraîneur du PSG et de Jérôme Denuault, capitaine du Thouars Foot 79.
 
Jamais deux sans trois
 
Le dernier "affrontement" entre les Deux-Sévriens et les Parisiens remonte à 2001, une nouvelle fois à Poitiers. Thierry Bodin en garde un souvenir particulier. S’il était bénévole lors des deux premières rencontres, en 2001 il était (et reste aujourd’hui) accompagnateur-dirigeant, au plus près des joueurs. Dans son entreprise, il conserve encore de nombreux fanions, dont ceux de ces rencontres bien sûr.
 
Trois rencontres et trois fanions (collection personnelle T. Bodin) / © France 3 Poitou-Charentes / DR
Trois rencontres et trois fanions (collection personnelle T. Bodin) / © France 3 Poitou-Charentes / DR

A l’évocation du match de 2001, c’est d’abord aux joueurs qu’il pense : "pour les spectateurs, voir des vedettes, c’est quelque chose. Mais pour tous ceux qui sont sur le terrain, c’est une vraie pression. Dans les matchs précédents, il faut faire très attention à ne pas se blesser, très attention à ne pas prendre de carton. On savait qu’on jouait contre des gros calibres, on voulait jouer notre jeu". Ce que confirme Jérôme Denuault, capitaine de l’équipe en 2001 : "Notre peur, c’était de déjouer. On a toujours su faire de beaux matchs". "On les a joué et bien joué", confirme Thierry Bodin.
Ce 20 janvier 2001, au terme des 90 minutes règlementaires, les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un 0-0. Les prolongations bénéficieront aux Parisiens. Mickael Madars inscrit deux buts coup sur coup.
 
2001 : compte-rendu du match entre Thouars et le PSG (0-2)
Un reportage de V. Boutruche, L. Gautier et A. Delage avec les interviews de Renée Boulord, supportrice du Thouars Foot 79, de Mickael Madar, attaquant du PSG et de Rinco Boizumault, milieu défensif du Thouars Foot 79.

Aujourd’hui, Thouars évolue en Division Honneur. L’équipe a dit au revoir à la Coupe de France au 7è tour cette saison. Mais chaque tirage, chaque tour, est l’occasion dans le Thouarsais de se remémorer une fin de millénaire riche en émotions. Et ce Niort/PSG, plus que les autres peut-être. La conclusion sera pour Laurent Cadu, un sourire dans la voix : "il nous aurait fallu un quatrième match pour qu’on arrive à les battre".
 

Sur le même sujet

Woo, seul fabricant de pirogues en Europe

Près de chez vous

Les + Lus