Difficile de s'affirmer à côté d'une telle personnalité ! A l'ombre de Bordeaux, les vins de Dordogne méritent pourtant le détour... Grâce au Bergerac, au Pécharmant et au Monbazillac, certes, mais pas seulement !

Un vin... vieux !

La culture de la vigne en Dordogne remonte à la colonisation romaine. Dès l'époque gallo-romaine, le vin était transporté vers Bordeaux par gabarres circulant sur la Dordogne … Les ordres monastiques entretiendront cette industrie durant tout le Moyen Âge, avant que la Guerre de Cent Ans et les nombreuses guerres de religion mettent à mal ce florissant commerce. Lentement oublié par la suite au profit des cultures vivrières, le commerce du vin refleurira au 17ème siècle, poussé par un intérêt économique renouvelé. Les cartes du 18ème montrent que le vignoble se situait le long de la Vallée de la Dordogne avec deux pôles principaux autour de Bergerac et de Domme. Au début du 19ème siècle, le Marquis André de Fayolle, agronome passionné, décrivait ainsi la production locale : « vers Domme, Belvès et Monpazier, les vins sont très colorés et se rapprochent beaucoup de ceux de Cahors. On les envoie à Libourne, Bordeaux et même dans le nord ; ils servent à couper les vins légers et moins chargés en couleur ».  Le vignoble s'étend à l'époque sur plus de 2 800 hectares, dans tout le département.
Mais à cette époque, les vignes n'échappent pas à la dramatique épidémie de phylloxera qui décimera une grande partie du vignoble national. La Première Guerre mondiale va encore empirer la situation. Il faudra attendre 1993 pour qu'une association de viticulteurs, de techniciens agricoles et d'élus locaux se mobilise pour permettre la reconstitution du vignoble. Elle se limitera toutefois au bergeracois et aux rives de la Dordogne.

L'assemblage... une technique essentielle !

L'assemblage, une technique délicate

 

Périgord Pourpre, couleur vigne...

C'est à cette même époque, dans les années 90, qu'à côté du Périgord Vert, du Périgord Blanc et du Périgord Noir, le Périgord Pourpre s'est fait une place au soleil ! Un hommage au précieux liquide et aux teintes de la vigne automnale. Cette zone correspond à l'arrondissement de Bergerac, sans les cantons de Sainte-Alvère et du Buisson, mais comprenant celui de Villefranche-du-Périgord. De Saint-Michel-de-Montaigne jusqu'à Villefranche-du-Périgord, en passant par Bergerac, ce Périgord viticole compte, entre autres, les communes de Montcaret, de Vélines, de Sigoulès, d’Issigeac, de Monbazillac, de Lalinde, de Beaumont, de Monpazier et d'Eymet.

Des étudiants en BTS s'essaient aux vendanges

Des étudiants en BTS aux vendanges

 

Le Bergerac, le vin au nez puissant !

La production viticole se situe donc en grande partie dans le bergeracois. Les vins de Bergerac présentent une palette variée de vins avec treize AOC réparties sur 13 000 ha de vignes. Les AOC les plus connues sont Bergerac, Côtes-de-bergerac, Côtes-de-montravel, Haut-montravel, Monbazillac, Montravel, Pécharmant, Rosette et Saussignac. Ces vins issus de terroirs géographiques bien délimités répondent à des conditions d’élaboration précises.. La production est essentiellement constituée de vins rouges et blancs, le rosé ne représente qu'une faible partie de la production... Ses AOC bergerac rouge, bergerac sec, bergerac rosé, côtes-de-bergerac rouges et côtes-de-bergerac moelleux sont des vins qui peuvent être produits sur l’ensemble de la région viticole. A chaque récolte, tous les vins du Bergeracois sont soumis à la dégustation et à l’analyse d’experts pour mériter «l’Appellation d’Origine Contrôlée». Depuis quelques années des viticulteurs ont également réimplanté une vingtaine d'hectares de vignes à Domme.

Choisir le meilleur moment pour la maturation

Stopper la maturation au meilleur moment

 

Le "Périgord", un Vin de Pays IGP

Le Périgord, anciennement appelé "vin de pays du Périgord" jusqu'en 2009 bénéficie de l'Indication Géographique Protégée. L'histoire de ce vignoble IGP se mêle avec celle du Bergerac. L'IGP est réservée aux vins tranquilles rouges, rosés et blancs qui sont produits dans le département de la Dordogne et sur le territoire de la commune de Salviac (Lot). Pour l'IGP « Vin de Domme » la zone est restreinte à  Bouzic, Campagnac-lès-Quercy, Castelnaud-la-Chapelle, Cénac-et-Saint-Julien, Daglan, Domme, Florimont-Gaumier, Groléjac, Nabirat, Saint-Aubin-de-Nabirat, Saint-Cybranet, Saint-Laurent-la-Vallée, Saint-Martial-de-Nabirat, Saint-Pompont, Veyrines-de-Domme, et Salviac (dans le Lot).
Les cépages autorisés sont ceux de la liste des cépages recommandés dans le département de la Dordogne. Les rouges et rosés sont assemblés à partir de cabernet-sauvignon et cabernet-franc, merlot, parfois agrémentés de Côt et voire, occasionnellement du fer servadou et du mérille. Les rouges sont réputés sombres, souples et ronds, avec un bouquet généreux et des saveurs corsées. Les rosés sont fruités. Les blancs sont issus de cépages sémillon, sauvignon blanc et gris, muscadelle, auxquels se joignent ugni blanc, ondenc et chenin. Ils sont assez fruités et légers en bouche.

La sélection du Bergerac

La sélection du Bergerac

 

Une histoire de sol

Des sols calcaires et minéraux...
Les sols sont constitués de calcaire lacustre de la roche-mère du sud-est. Au nord de la rivière Dordogne, la roche-mère est faite de sables et argiles à graviers; elles donnent des sols délavés acides avec une accumulation de minéraux en profondeur. C'est un sol brun avec des cailloux calcaires d'une épaisseur variable. L'érosion a mis à nu des sédiments de graviers, de sables et d'argiles qui se sont accumulés dans les dépressions de la Double, du Landais, de la Bessède, ainsi qu’aux alentours de Villefranche-de-Lonchat. Ce sont les mêmes sols que ceux des appellations de l'est de la Gironde (saint-émilion, côtes-de-castillon, côtes-de-franc…). De part et d'autre de la Dordogne, la rivière a déposé des alluvions de graviers au cours du quaternaire en terrasses. Ce sont des sols acides et peu fertiles, bien draînants.

2016, Bergerac a fêté ses 80 ans !

Comme son voisin Monbazillac en juin 2016, le vignoble de Bergerac a célébré début août les 80 ans de son label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée). L’occasion pour les viticulteurs et les professionnels du secteur de travailler ensemble à faire mieux connaître les vins de l’AOC Bergerac, des vins « bons, loyaux et marchands ».
Le Bergerac a fêté ses 80 ans en 2016

 

Faire Chabrol en Périgord

Ailleurs, en Charentes on appelle ça faire godaille, en Aunis-Saintonge, faire goudale. Et dans tout le Périgord la tradition de rincer son reste de bouillon avec un verre de vin a survécu sous le nom de chabrot, ou chabrol. Une fête, en l'honneur de cette vieille pratique vigneronne, se déroule chaque année à Calviac-en-Périgord, au cours des week-ends du mois d'août.