Germinal Peiro : “ces Zadistes sont des délinquants !”

Le torchon brûle franchement entre G. Peiro et les zadistes

- Germinal Peiro : "les zadistes sont des délinquants !" - Les zadistes : "Mr Peiro nous a roulé dans la farine !" Le ton monte entre le Président du Conseil Départemental de Dordogne et les "zadistes" qui occupent le chantier de contournement de Beynac et qui comptent moins que jamais décamper !

Par Pascal Faiseaux

Germinal Peiro ne mâche pas ses mots. Interrogé par notre équipe au salon de l'Agriculture où il était aujourd'hui, il traite les zadistes de délinquants et compte bien les faire décamper du site qu'ils ont investi il y a maintenant une dizaine de jours. De leur côté, les zadistes s'estiment "roulés dans la farine" par un Germinal Peiro "autocrate" qui ne leur a pas fourni les bonnes informations. Bref, le torchon brûle !


Germinal Peiro fustige les "zadistes" de Beynac
Interrogé sur les zadistes qui protestent contre le contournement routier de Beynac, Germinal Peiro ne mâche pas ses mots.  - France 3 Périgords - Elsa Arnoud - Florian Roulies



Les tentatives de conciliation menées pendant près de deux heures à Castelnaud-la-Chapelle ce lundi entre le Président du Conseil Départemental et les opposants, et la mise en place d'un moratoire gelant provisoirement une partie des travaux n'auront donc pas suffi à calmer les ardeurs de la SEPANSO 24. La fédération régionale des associations de protection de la nature de la région Aquitaine ( affiliée à France Nature Environnement) a décidé de maintenir sa pression médiatique, ce qui a le don d'agacer, voire d'ulcérer le Président du Conseil Départemental de Dordogne. Ce dernier leur reproche l'occupation illégale du terrain, de ne pas respecter les règles de sécurité, et de stopper les travaux en cours. Exactement ce que sont censés faire des zadistes.
Et qu'ils continueront à faire après une dizaine de jours d'occupation et malgrè le mauvais temps. Le but étant toujours de stopper les travaux en cours pour la construction des 3 km de voie, et des deux ponts enjambant la rivière.
Du côté du département, l'enjeu était de ne pas arriver à cela, pour, toute proportion gardée, éviter un nouveau "Notre-Dame-des-Landes" ou "Barrage de Sivens" à la sauce périgourdine. On imagine sans peine en effet l'image désastreuse pour le département et les risques de débordement qu'un afflux massif de zadistes motivés pourrait provoquer. Bref, on craint l'escalade. 
Mais on n'en est pas là pour l'heure et la "Zad de Beynac" semble encore loin de ressembler à une polémique nationale. On s'en tient donc pour l'heure aux dernières proposition du Département sur l'arrêt provisoire des travaux de construction, un nouveau comptage des véhicules et la mise en place d'un comité de suivi. Ce à quoi les zadistes ajoutent d'autres demandes de renseignements dont une étude sur l'impact environnemental et le respect de la loi sur l'eau avant d'accepter de lever leur occupation. 
Et ce "forcing" semble leur réussir pour l'instant puisque l'affaire fait parler, que Noël Mamère viendra en personne samedi prochain leur rendre visite, et que les élus Verts régionaux vont regarder de plus près ce dossier.

► Voir nos précédents reportages

Sur le même sujet

Pays basque: des producteurs laitiers dénoncent les "acquisitions spéculatives" de Franck Riboud

Près de chez vous

Les + Lus