Précieuses, mais dangereuses abeilles

© France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Pascal Tinon
© France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Pascal Tinon

Amies séculaires de l'homme, ouvrières essentielles de la flore, les sympathiques abeilles sont aussi armées pour se défendre. Un homme de 58 ans qui tentait de récupérer un essaim à Trémolat vient de décéder des suites de piqûres

Par Pascal Faiseaux

Le risque de manipuler des essaims d'abeille



"Cueillir" les abeilles


Le printemps, période où les abeilles essaiment, est aussi celui où l'apiculteur peut récupérer de nouveaux essaims.  A cette époque, l'essaim n'est qu'un regroupement d'abeilles n'ayant pas encore bâti le pain de cire contenant miel, pollen et ponte. C'est donc aussi le moment idéal pour l'apiculteur d'augmenter son cheptel.
Pour l'apiculteur, il existe deux manière de créer une nouvelle ruche. Soit en "piégeant" un nouvel essaim en mouvement, en l'attirant dans une ruche grâce à des produits attractifs, soit en "cueillant" un nouvel essaim sauvage, installé sur un arbre, dans une souche, etc. Un regroupement qui n'a qu'une chance de survie sur deux, s'il n'est pas rapidement récupéré et mis en ruche par un apiculteur.


Une cueillette dangereuse



Mais l'exercice de cueillette n'est pas sans risque. Et si les conséquences se limitent souvent à quelques piqûres sans gravité, des personnes fragiles ou subissant un trop grand nombre de piqûres peuvent être gravement blessées voire décéder. Ce fut malheureusement le cas vendredi dernier à Trémolat où un homme de 68 ans, apiculteur amateur tentait de récupérer un essaim sauvage. Grimpé sur une échelle, l'homme a été attaqué à de multiples reprises et n'a pas survécu, malgré l'arrivée des services de secours, le SAMU et les pompiers du Bugue...

Piqûres d'abeille graves, comment prévenir ?


L'abeille laisse son dard dans la peau lorsqu'elle pique. Il faut le retirer dès que possible pour éviter les risques d'infection. On peut le retirer en utilisant un objet fin tel qu'une carte de crédit. Le dard ne doit pas être pincé avec les doigts ou pressé, pour éviter la propagation du venin. Les réactions allergiques graves au venin d'abeille sont rares, mais lorsqu'elles arrivent, il s'agit d'une urgence médicale et vous devez immédiatement contacter les secours d'urgence. On ignore pourquoi certaines allergies aux piqûres d'abeille se dévelloppent. Elles n'apparaissent pas nécessairement à la première piqûre. Mais il les apiculteurs seraient les plus susceptibles de développer de telles allergies.
Lorsqu'une allergie grave se déclenche, une réaction urticante douloureuse et des gonflements peuvent progresser rapidement jusqu'à aboutir à un blocage respiratoire.
Quels sont les symptômes d'une allergie aux piqûres d'abeille ?
Dans la plupart des cas, une piqûre d'abeille ou de guêpe ne cause que des symptômes mineurs à l'emplacement de la piqûre, une douleur, un gonflement, une rougeur, une démangeaison ou une brûlure. 
Les symptômes d'une allergie et d'un choc anaphylactique sont les suivants : Un gonflement rapide autour des yeux, des lèvres, de la langue ou de la gorge, des difficultés à respirer, une respiration sifflante ou enrouée, des démangeaisons, des crampes ou des engourdissements, des vertiges, une rougeur subite, des crampes d'estomac, une perte de conscience. Si vous constatez ces symptômes anaphylactique, demandez immédiatement une aide médicale.

Comment diagnostiquer préventivement une réaction allergique ?


Il existe de nombreux tests qu'un médecin peut vous prescrire pour déterminer le niveau et le type d'insecte auquel vous pouvez être allergique.
Quoi qu'il en soit, il est probablement plus important de relever vos différentes réactions allergiques précédentes car les résultats allergiques des tests peuvent varier très rapidement selon votre état physique du moment.

La pratique médicale courante et reconnue 


Test de la piqûre de la peau : la peau est piquée avec une faible dose de différents venins. Le niveau de réponse est enregistré, et c'est un très bon indicateur pour déterminer le niveau d'allergie et le type d'insecte auquel vous êtes allergique. Le test est bon marché et simple, mais il existe un risque anaphylactique. C'est le test préféré de beaucoup de spécialistes de l'allergie et il est considéré comme le test "étalon".
Test sanguin : un prélèvement sanguin est testé pour sa réaction aux anticorps des venins spécifiques. Cela permet de révéler le niveau de l'allergie et le type d'insecte allergisant.

Sur le même sujet

Se loger à Bordeaux, un vrai casse-tête pour les étudiants

Près de chez vous

Les + Lus