Qui sommes-nous ? en Aquitaine

Lundi après le Grand Soir 3 et un mercredi par mois après Enquêtes de Région
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Aquitaine

La sauvage des Pyrénées

© Les films figures libres
© Les films figures libres

Après la Révolution, en 1807, une femme nue, errant dans la montagne accompagnée d’un ourson, a été capturée par des chasseurs dans les Pyrénées Ariégeoises.

Par Christophe Roux

BA la sauvage des Pyrénées documentaire
Hurlant comme une démente, on l’appellera désormais la Folle du Montcalm. Elle est conduite chez le curé du petit village de Suc. L’inconnue ne prononce que ces mots : « Robespierre a tué mes parents », « l’ours me réchauffe » et « je viens de la Toupinière ».

À peine capturée elle s’échappe dans la nuit. Elle passera encore deux années dans la montagne, avant d’être reprise et placée chez les sœurs à Foix dont elle parvient à distraire l’attention. Enfin et pour la troisième fois, elle est capturée et jetée dans la tour du château de Foix pour y mourir peu après.

Qui était cette femme ? Comment a-t-elle pu survivre ? Est-elle vraiment morte en prison comme on l’a dit ? Pourquoi le redoutable Fouché, ministre de la Police de Napoléon, s’intéressa-t-il tant à elle ? Et pour quelles curieuses raisons le préfet de l’Ariège tenta-t-il de la sauver ? C’est cette incroyable mais authentique histoire que le film va reconstituer. Il s’appuie sur l’investigation de Michel Gardère, ancien journaliste de l’Evènement du Jeudi, qui a déjà écrit un livre sur le sujet. Palpitant comme un polar et admirablement documenté, « La femme sauvage », nous raconte une extraordinaire aventure humaine. L’auteur Michel Gardère est persuadé que cette inconnue n’a pas fini sa vie en prison, qu’elle a été sauvée. Fait étrange, le chirurgien de la prison ne déclare pas d’avis de décès et le curé n’a pas consigné sa mort dans ses registres. Un homme aidé par le préfet de l’époque aurait permis à cette malheureuse de recouvrer la liberté en l’amenant de l’autre côté des Pyrénées ?

Le film, non seulement, remet en lumière par le son et l’image ce fait-divers, mais par l’enquête encore plus poussée il permet d’en écrire un autre chapitre...

Réalisation : Bernard Jourdain
Coproduction : Les Films Figures Libres et France Télévisions
Durée : 52’

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) : "la force du monde du travail, c'est d'être unie"