Journée des femmes en colère pour les guides conférencières de Bordeaux

© Julie Postollec
© Julie Postollec

Aujourd'hui, c'est gratuit ! Dans plusieurs villes de France dont Bordeaux, les guides-conférencières n'ont pas fait payer certaines de leurs visites. Elles veulent ainsi défendre leur profession, à 85% féminine, qu'elles estiment menacée. Une célébration particulière de la journée de la femme. 

Par Hélène Chauwin

Selon le Comité d'action à l'origine du mouvement, le gouvernement veut remplacer leur carte professionnelle par une inscription à un registre déclaratif

Or, cette carte de guides-conférenciers et guides-interprètes valide plusieurs années d'études en histoire et histoire de l'art et en langues étrangères. En revanche, les critères d'inscription au registre seraient trop flous. 
Le comité d'action qui coordonne plusieurs associations professionnelles veut défendre "l'excellence dans la pratique de  la profession" et redoute une baisse de la qualité des visites, "menées par des personnes non qualifiées" précise-t-il dans son communiqué de presse.

Chaque mardi, il appelle à manifester devant le ministère de l'économie à Bercy. 

Mais à l'occasion de la journée de la femme, il a voulu attirer l'attention du public sur une profession ultra féminine. 

A Bordeaux, une petite dizaine de visites était gratuite pendant deux heures ce dimanche après-midi. Des visites autour de femmes célèbres comme Jeanne Aleman, alias Jean Balde, Thérésa Cabarrus, Aliénor d'Aquitaine, Flora Tristan, Rosa Bonheur, Marie Brizard.

Sur le même sujet

Journée d'attente chez GM&S

Près de chez vous

Les + Lus