«Questions de Choix» émission de France 3 Aquitaine est un dialogue libre, direct, incisif et constructif entre des étudiants et une personnalité majeure du monde politique, économique, culturel ou sportif.
Un échange sans concessions et interactif en prise directe sur des thématiques d’actualité.

Quatrième grand invité de l’émission : le philosophe Michel Onfray.
Philosophe le plus lu et vendu de sa génération, souvent controversé il répondra aux étudiants de l'EnsapBx et de Kedge Business School sur toutes les questions qui aujourd'hui les préoccupent.

Au coeur des échanges les interrogations des étudiants par le biais de leurs questions "choisies" , réfléchies, travaillées, mais aussi LA question des choix faits par les grands témoins invités.

VOIR OU REVOIR L'ÉMISSION

Questions de Choix avec Michel Onfray

 

"On a crée une génération de crétins"


L'échange promet d'être riche et animé avec Michel Onfray qui estime que la jeunesse est globalement en manque de repères aujourd'hui et que nous divertissons nos enfants plus que nous ne les éduquons.«

Depuis la gauche, on nous présente des modèles tragiques qui font rêver les jeunes : Bernard Tapie, la Rolex, la Ferrari, Cyril Hanouna, un joueur de foot qui donne des coups de boules, etc... Alors qu’il y a soixante ans ou plus, un jeune rêvait d’être médecin, avocat ou professeur d’université, Jean-Paul Sartre ou Maurice Chevalier.
Vouloir ressembler à Serge Reggiani ou à Yves Montand, c’est tout de même moins déshonorant que vouloir ressembler à Cyril Hanouna
! ».


« L'école républicaine m'a appris à lire, écrire compter, et à penser. Ce n'est plus le cas aujourd'hui (...) avec une école qui a décidé que c'était réactionnaire d'apprendre à lire, écrire, compter, etc. Aujourd'hui à l'école, on apprend le tri des déchets ou la théorie du genre, et la programmation informatique".

http://blog.soseducation.org/michel-onfray-temoigne-sur-lecole/

Qu'en pensent les étudiants de l'EnsapBx et KBS qui vont interviewer Michel Onfray ?....


Michel Onfray avait voté Besancenot en 2007, blanc au deuxième tour en 2012 pour 2017 il fait le choix de l'abstention.
Est ce là le conseil qu'il donne aux jeunes générations: s'abstenir
« Ma gauche existe en dehors de la gauche institutionnelle, je suis pour une gauche populaire. Je n’irai pas voter. Agir. Chacun doit agir individuellement. Que chacun là où il est fasse quelque chose pour illustrer les idées qui sont les siennes ».
« On est en train de vivre, nous en France, une espèce d'effondrement de l'histoire de France avec des hommes politiques qui ne nous aident pas à faire que l'histoire de France se poursuive dans de belles lumières"
LCI le 8/09/16
 

Une émission interactive

Cette émission grand public joue la carte de l'interactivité entre l'invité, le public présent sur place et les internautes.
En direct , vous pourrez vous aussi réagir et poser vos questions à notre invité via twitter avec #QDCMICHELONFRAY. Ces tweets seront diffusés sur l'écran durant l'émission et vos questions seront posées à notre grand témoin.



"Un oui, un non, une ligne droite". Nietzsche

"Il faut savoir à quoi on a dit oui, savoir à quoi on a dit non. Une fois qu'on sait à quoi on a dit oui ça roule. Ca permet de construire une existence" Michel Onfray

Philosophe, intellectuel, essayiste, poète, éditeur, enseignant, épicurien, gourmet, hédoniste, athée.. et polémique

Michel Onfray nait à Argentan dans l'Orne le 1er janvier 1959. Son père est ouvrier agricole, sa mère femme de ménage.

Abandonnée enfant, fille de la DDASS,  madame Onfray renonce à son fils alors qu'il n'a que dix ans. Le voilà interné à Giel, dans un orphelinat agricole religieux tenu par des prêtres salésiens.              
«C'est très violent d'être mis en orphelinat quand on a ses deux parents», raconte Michel Onfray, que cette épreuve, qui va durer quatre ans, marque profondément.
De ses quatre ans à Giel, le philosophe retient «le refus, la haine de l'autorité» et le goût de la lecture malgré l'ambiance de l'internat  «Pour ces prêtres salésiens, l'intellectuel, c'était la fille, la pédale. Ils ne valorisaient que le travail manuel, la force physique.» Pourtant, son salut, Michel Onfray le décroche «par et pour les livres». Avec, très tôt, une attirance pour la philosophie. «Tout simplement parce qu'elle me parlait: Marx m'évoquait l'exploitation de mes parents, Freud abordait la masturbation adolescente, Nietzsche m'enseignait à vivre...»

Bac en poche, boursier de l'Etat, à 17 ans Michel Onfray s'expatrie... à Caen (60 kilomètres d'Argentan). Lui qui, deux ans plus tôt, rêvait de devenir conducteur de train, fréquente l'université. Là, son attirance pour la philo devient certitude, grâce à un professeur d'exception, Lucien Jerphagnon, qui y enseigne la philosophie antique et médiévale. «J'ai eu le coup de foudre, il était et il reste mon maître», dit Michel Onfray.
Sa voie semble désormais toute tracée: il sera professeur de philosophie. Mais, plutôt que de choisir l'université, il choisit un lycée agricole.

Personne encore n'a entendu parler de celui qui est aujourd'hui le philosophe le plus lu de sa génération. Il a à peine vingt-sept ans lorsqu'il est victime d'un infarctus. Confronté, durant sa rééducation, à une diététicienne impitoyable qui lui prédit sa fin prochaine, il a l'idée de se plonger dans sa bibliothèque pour savoir ce que ses auteurs favoris ont dit du corps et de la nourriture.

De cette expérience de vie nait  "Le ventre des philosophes", dont il envoie le manuscrit à trois éditeurs, Bernard Barrault, Gallimard et Grasset. Le premier ne répondra jamais, le deuxième refusera, Grasset le prend sur-le-champ.


La mort semble jouer avec Michel Onfray. A Pâques 2004, un accident vasculaire cérébral lui vaut quelques heures de trou total: «Je butais sur les mots dans la conversation. Et surtout, je n'arrivais plus à écrire une ligne. Moi qui n'ai jamais connu l'angoisse de la page blanche - j'ouvre le robinet, je ferme le robinet, j'ouvre le robinet, je ferme le robinet... -, comme par hasard, c'était l'aire responsable de la graphie qui était atteinte! Je me suis vu devenir un légume et j'ai pensé me flinguer.»

Quinze jours plus tard le caillot est résorbé sans séquelle apparente mais Michel Onfray fait un nouvel accident coronarien. Evacué par hélicoptère d'Argentan vers le CHU de Caen, il croit sa dernière heure vraiment arrivée: «Quand l'hélicoptère est passé au-dessus du cimetière, j'ai pensé que je reviendrais en cercueil.» Deux jours plus tard, pourtant, il sort de l'hopital. La mort l'a encore dédaigné. Michel Onfray se remet à la rédaction de son "Traité d'athéologie", dont la publication marque une nouvelle étape de son destin. 


En 1991, il intègre le comité de rédaction de La Règle du jeu, la revue que vient de créer Bernard-Henri Lévy dans laquelle il publiera six articles. Il quitte celle-ci en 1998 alors qu'elle change de formule. Il dit n'être « allé que deux fois » au comité de rédaction et ne pas s'y être senti « du tout à sa place ». Plus globalement, il estime s'être « fait instrumentaliser par Grasset » et avoir été traité « comme un fantassin de l’équipe BHL ».
Il obtient en 1993 le Prix Médicis essai pour "La Sculpture de soi. La morale esthétique."


Michel Onfray enseigne la philosophie au lycée technique privé catholique Sainte-Ursule de Caen13 de 1983 à 2002.
Il démissionne en 2002 de Sainte-Ursule pour créer l’université populaire de Caen. Il en écrit le manifeste en 2004 : "La Communauté philosophique". Cette université est gratuite et ouverte à tous sans aucun fichage administratif.

"Je l’ai créée en 2002 pour lutter contre les idées du Front national alors que Jean-Marie Le Pen, par la grâce du suffrage universel, était arrivé au second tour de l’élection présidentielle. J’avais décidé de ne pas illustrer l’habituelle posture des intellectuels qui consiste à dire pour une autre stratégie qui est faire : non pas dire contre, ce qui est facile et engage peu, mais faire pour, ce qui est un peu plus exigeant…" (revue l'ADN 5/09/2016)



"Il n’est pas de philosophie tellement complexe que l’on ne puisse la raconter avec des mots simples"

Michel Onfray est le philosophe le plus lu et le plus vendu de sa génération......le plus polémique aussi sans aucun doute. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages et de dizaines de conférences enregistrées et à disposition du public.

"Quand la philosophie est incompréhensible, c’est qu’il n’y a rien à comprendre. L’argument de l’obscurité présentée comme une profondeur est un argument d’autorité. J’y ai souscrit quand j’étais jeune. J’ai passé l’âge de faire semblant de me pâmer devant des textes que personne ne comprend sans oser le dire par crainte du ridicule. Dans la discrétion d’une conversation, quand je cuisine un peu mes interlocuteurs sur leur dilection pour un philosophe particulièrement obscur dont ils vantent le génie, ils finissent par rendre les armes et me dire que, finalement, ils ne comprennent pas tout ce qu’ils affirment aimer…

Je n’ai pas le fantasme de la sujétion de mes auditeurs, mais celui de leur édification. L’obscurantisme est l’une des modalités de la servitude infligée à plus petit que soi. Je ne jouis pas de maltraiter mes auditeurs ou mes lecteurs en espérant qu’ils me transforment en gourou, en grand mamamouchi qui exigerait que l’on répète ses néologismes comme des mantras. On peut donc transmettre la subtilité en restant compréhensible
". (l'ADN septembre 2016)

Michel Onfray à Bordeaux, une ville qu'il connaît bien et dans laquelle il se rend régulièrement

Présenté comme islamophobe puis accusé de faire le jeu du Front National et même d'être complice de l'état islamique après ses déclarations suite aux attentats de novembre 2015 Michel Onfray s'impose une courte retraite médiatique pour mieux revenir quelques mois plus tard pourfandant ses détracteurs. Pacifiste convaincu il s'érige contre une société "où le mot d'ordre socialiste n'est plus réfléchissons, c'est interdit par Valls, mais obeissez, c'est ordonné par le même." (Libération mars 2016) Il revient alors sur la scène médiatique avec deux ouvrages "le miroir aux alouettes", autobiographie politique" et "Penser l'Islam".
Lui qui se définit comme un "LILI", un libéral libertaire incarnant une tradition de gauche libertaire choisit souvent le régistre polémique et la parole pamphlétaire.

«Je le vois plutôt comme un libertaire assez classique, un proudhonien qui se méfie des élites et du système parlementaire. Il reste un homme de gauche, attaché à la défense de la classe ouvrière et à l’éducation populaire» Lindenberg.

Un philosophe polémique, très critique, particulièrement médiatique, unique ....

Selon Michel Onfray la réalité n’est pas «ce qu’on voit, ce qu’on sent, le sensible, mais l’Idée" Cette ontologie matérialiste implique d'abord qu'il n'y a pas de Dieu. Pour lui la nature n’est rien d'autre qu'espace et temps. Vivre de façon nietzschéenne tel qu'il le conçoit c’est dire «oui» à la vie et oui aux plaisirs qui lui donnent sens. Rien pour lui ne doit venir freiner cette joie d'être et surtout pas la morale ou la culpabilité...


Toujours au coeur de l'actualité qu'il suit avec passion et commente avec délectation Michel Onfray est très critique sur les médias de masse et notamment la télévision. 
« la télé est devenue une arme de destruction massive de l’intelligence. Pour avoir un maximum de gens il faut des contenus un peu bas, on ne fait pas de l’audience avec de l’intelligence, on fait des audiences avec de grosses blagues de potaches, avec des grossièretés, le modèle économique est le modèle dominant. Si je réponds à des invitations c’est parce que quand je viens je viens avec mes idées que j’exprime, je ne me prostitue pas.
Je préfère une chaine aux ordres de l’intelligence plutôt qu’aux ordres du marché
».

En septembre 2016 le philosophe lance sa web télé Michelonfray.com
« Ma web télé est une vraie liberté, une liberté libertaire. »
Contenus payants. 4 euros par mois, 40 par an. Refus de la publicité.

Séance d'enregistrement pour la web télé


Michel Onfray est sans aucun doute au monde le seul philosophe de sa génération à suivre et commenter autant l'actualité. 
Il répondra aux étudiants sur toutes les questions de société qui les préoccupent alors qu'ils s'apprêtent à entrer dans la vie active et construire le monde de demain : éducation, économie, politique, architecture et urbanisme, religion, islamisme, euthanasie, avortement et tant d'autres encore. 

Ne ratez pas ce numéro de Questions de Choix consacré à Michel Onfray.
A suivre en direct sur aquitaine.france3.fr lundi 5 décembre à 14.30 et sur la chaine après le grand soir 3. 
► Réagissez dès à présent sur notre page FaceBook ou #QDCMICHELONFRAY