Top14 : L'UBB se relance quand Palois et Basques déchantent

Baptiste Serin peut sourire. La victoire ce samedi soir contre Toulouse est à mettre à son crédit ... / © NICOLAS TUCAT / AFP
Baptiste Serin peut sourire. La victoire ce samedi soir contre Toulouse est à mettre à son crédit ... / © NICOLAS TUCAT / AFP

Bordeaux-Bègles, avec cette victoire contre Toulouse (20-11),  peut encore croire à la qualification. Pau a du s'incliner face à La Rochelle (23-13) qui se qualifie la première. Et Bayonne dégringole vers le bas du classement après sa défaite contre Lyon (52-7).

Par CB et AFP

22ème journée du championnat.

Bordeaux-Toulouse un "choc de convalescents"

Longtemps hésitant à l'image de son ouvreur Ian Madigan, l'UBB a attendu l'heure de jeu pour inverser la donne face à Toulouse et revenir à trois points de Pau, l'actuel dernier qualifié pour la phase finale.

Son calendrier n'est guère favorable avec trois déplacements lors des quatre dernières journées, mais l'envie montrée en seconde période en dit long sur la volonté des coéquipiers de Clément Maynadier de ne rien lâcher et de jouer leur carte à fond.

Ce résultat était loin d'être écrit vu la confiance qui régnait dans les rangs du Stade toulousain, qui menait 11-3 en début de seconde période... avant de se déliter.

Les entrées de Baptiste Serin (3 pénalités en fin de match) et Marco Tauleigne,  à l'origine de l'essai libérateur de Yann Lesgourgues, notamment, ont apporté le sang neuf recherché et amené l'élan et le coeur qui manquaient aux Girondins mal embarqués dans ce derby de la Garonne.

La pression a changé d'épaules et les Bordelais revigorés finissaient par faire craquer leurs adversaires, impuissants et fébriles dans le money-time pour aller chercher le bonus défensif.

l'UBB a attendu l'heure de jeu pour inverser la donne


La Rochelle était trop forte

La Rochelle est le premier club qualifié pour la phase finale du Top 14 grâce à sa victoire sur le terrain de Pau (23-13). Les Maritimes ont glané dans le Béarn une neuvième victoire de suite en championnat. Avec une telle avance, ils ne peuvent plus glisser au-delà de la sixième place et sont donc assurés de disputer au moins les barrages.

Une déception pour les hommes de Simon Mannix qui espérait se rattrapper après l'échec contre Clermont.

Regardez le reportage de Denis Salles et Elixabete Gonzalez.

 

La Rochelle était trop forte pour la section paloise



Simon Mannix, le manager de Pau ne peut cacher sa déception :

Même en étant beaucoup pénalisés, à la pause on existe. Mais globalement notre jeu n'était pas à la hauteur pour espérer battre une équipe comme La Rochelle. Pour y arriver, il ne faut pas juste rivaliser. La gestion de la fin de saison sera compliquée avec toutes ces blessures. On a quatre matches vraiment durs devant nous, on sera présents chaque fois. Mais avant de parler de top 6, on va plutôt parler progression, et ça fait un petit moment qu'on ne l'a pas fait.

Bayonne n'a pas beaucoup résisté aux Lyonnais

Les Bayonnais n'ont pas affiché grand résistance face à une équipe de Lyon et un festival offensif ponctué de sept essais. Lyon l'emporte donc à plates coutures (52-7) et s'avance de plus en plus vers un maintien en Top 14 quand 
Bayonne reste lanterne rouge.

Bayonne, avec 14 points de retard sur le Stade français, opposé à Toulon dimanche soir, paraît en grande difficulté pour éviter la relégation en Pro D2.

Lyon a marqué le premier de ses sept essais dès la 21e seconde de jeu, par le troisième ligne argentin, Facundo Isa.
Deux minutes plus tard, l'arrière Toby Arnold assommait les Basques (14-0, 3e).

A la douzième minute, le centre Thibaut Regard offrait déjà le bonus offensif à son équipe (21-0) et la mi-temps était sifflée sur un score de 24-0 après une pénalité de Frédéric Michalak.

Bayonne a manqué une occasion de se relancer au retour des vestiaires sur une percée du pilier Richard Choirat (43). Dans la foulée, le pilier gauche Aretz Iguiniz était sanctionné d'un carton jaune en mêlée, qui sonnait le glas des derniers espoirs de retour des Basques, et Lyon se détachait définitivement avec quatre autres essais transformés signés Carl Fearns (49), Arnold (58), de pénalité (72), et Napolioni Nalaga, pour s'imposer 52-7.


Vincent Etcheto, le manager de Bayonne n'a pu que constater la faiblesse de son équipe :

Ce n'est pas le premier déplacement difficile que nous vivons. Nous sommes menés 14-0 au bout de quatre minutes, 21-0 au bout de onze minutes... Tout est dit. Nous nous étions déplacés avec des ambitions, avec des intentions. On sait que Lyon nous est supérieur, mais cette équipe n'était pas tirée d'affaire et nous voulions la faire douter. Au final, il n'y a pas eu de match... Nous ne sommes pas au niveau."
:02:35

 

Sur le même sujet

La Rochelle était trop forte pour la section paloise

Près de chez vous

Les + Lus