Depuis 1992, il a traversé des vagues roses, des vagues bleues, et il termine avec une vague de marcheurs : cela tombe bien pour ce professeur de sciences politiques qui ne conduit jamais.

Si sa moustache était déjà célèbre dans les amphis de la faculté de droit de Limoges, la télévision régionale l’a rendue populaire dans tous les foyers de la région.
Mais Christian Moulinard nous a surtout marqué par ses analyses, toujours pertinentes, et toujours accessibles.

Certes, c’est un universitaire ; sur notre plateau, il s’est toujours comporté en homme de télévision, de talent, capable de vulgariser à chaud des problématiques compliquées.

Sa bienveillance était visible à l’antenne, mais aussi en coulisses : il savait prendre le temps d'épauler de jeunes journalistes parfois désorientés pour leur apporter de nouveaux éléments de réflexion #souvenirpersonnel. 

En direct, qu’il lui reste 30 secondes de parole à cause d’un élu trop bavard, ou 5 minutes à meubler à cause d’un élu absent, il a toujours su s’adapter (parfois en râlant tout de même un peu).

Ce lundi 19 juin 2017, jour de sa dernière intervention, il nous parle des deux scrutins qui l'ont le plus marqué. D'abord, 1993, avec une alternance "classique" entre le PS et le RPR. Mais surtout, il y a les élections de 2017 :
"Il n’y a pas seulement alternance, il y a renouvellement. Un renouvellement du personnel politique, mais aussi renouvellement de la politique…"

Christian Moulinard va manquer à cette rédaction, mais nous lui souhaitons une belle retraite télévisuelle, amplement méritée.
Une dernière fois, un grand merci, Christian Moulinard !
Best of Christian Moulinard