Limoges : 34 plants de cannabis saisis chez un retraité de la SNCF

Ce Limougeaud possédait 34 plants de cannabis et avait déjà récolté 13 kilos d'herbe. / © Romain Burot (France TV)
Ce Limougeaud possédait 34 plants de cannabis et avait déjà récolté 13 kilos d'herbe. / © Romain Burot (France TV)

Les services de police ont réalisé une incroyable découverte chez un particulier à Limoges dans le quartier du Moulin Rabaud : 34 plants de cannabis. Cet homme de 58 ans comptait arrondir ses fins de mois grâce aux fruits de la revente.

Par Hugo Lemonier

Sa retraite versée par la SNCF ne le contentait pas. Un Limougeaud de 58 ans espérait tirer une somme rondelette des 34 pieds de cannabis, plantés dans son jardin ainsi que dans une serre dressée tout spécialement.

L’affaire débute par une simple ronde dans le quartier du Moulin Rabaud, ce jeudi, où deux individus suspects été signalés. Les fonctionnaires de police procèdent à une première "reconnaissance" autour du pavillon. La fille du propriétaire accueille les policiers en civil. Ils inspectent alors les lieux et jettent un coup d'oeil par la fenêtre.

C’est là que les policiers tombent, médusés, sur une véritable forêt de cannabis. Treize kilos, d’ores et déjà récoltés, sont suspendus dans une cabane pour sécher. Une production qui impressionne les enquêteurs : le retraité avait sans aucun doute la main verte. Les fonctionnaires sont pris au dépourvu et chargent alors dans des sacs les pièces à conviction, transportées en voiture de patrouille.

Inconnu de la justice

Arrêté, il est auditionné ce vendredi et reconnaît la totalité des faits. Il y a un ou deux ans, une connaissance lui donne quelques graines. L’homme se lance alors dans une modeste culture : deux plants, dont les fleurs rencontrent un certain succès. Le jeune retraité voit alors plus grand, il s’imagine dealer. "Ses mauvaises fréquentations ont fait que sa plantation a commencé à intéresser du monde et il s’est vite retrouvé pris dans l’engrenage de la culture et de la revente ou le don du produit stupéfiant", précise la police.

Son expérience aura été de courte durée. Il comparaîtra dans le cadre d’une procédure allégée, le plaider-coupable, qui devrait lui permettre d’éviter une lourde peine.


Sur le même sujet

Jacobo Gonzalez Arnao Campos, Consul d'Espagne à Bordeaux

Près de chez vous

Les + Lus