Limoges dans le réseau French Tech : qu’est-ce que ça change ?

Limoges intègre le réseau French Tech sur la thématique e-santé. La nouvelle a été annoncée par le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, et la secrétaire d’état chargée du Numérique, Axelle Lemaire, lundi 25 juillet à Laval. Concrètement, qu’est-ce que ça apporte à nos start-up ?

Une bonne nouvelle pour les start-up de la région. Au total, 38 entreprises de la région limougeaude sont concernées, elles font désormais partie du réseau French Tech, dans la thématique de la  "e-santé". Le réseau thématique rassemble 12 autres territoires français comme Nantes, Besançon, Montpellier ou la Réunion et deux des treize métropoles labélisées French Tech : Paris et Lyon.

A quoi sert le réseau French Tech ?

"Ce label est l’aboutissement d’une longue démarche d’affirmation et de reconnaissance", déclare Alexis Mons, porteur de la candidature de Limoges au réseau French Tech.

Quand Limoges intègre le réseau thématique French Tech de la santé, elle rassemble toutes ses start-up qui travaillent sur cette thématique dans un "écosystème d’acteurs économiques". Il s’agit de créer des groupes de start-up, qui innovent dans le domaine de la santé, au sein d’une région, et de les connecter avec d’autres.

Avec le réseau French Tech, Limoges rejoint aussi un grand ensemble d’entreprises, sur plusieurs régions. L’idée est de favoriser leur développement et leur rayonnement à l’échelle nationale et au niveau international. D’ailleurs, les réseaux thématiques ne regroupent que des start-up qui ont l’ambition de se développer très rapidement à travers le monde.  Le réseau French Tech peut leur donner plus de poids.

Plus d’emploi dans la région ?

Bien sûr, le but du jeu, c’est de créer de l’emploi, des entreprises, de créer de la dynamique, booster l’économie locale"  Alexis Mons, directeur d'Emakina.


L’intérêt du réseau French Tech, c’est aussi de rendre la ville plus attractive. « Ça donne des gages en termes d’attractivités, on sait déjà qu’il y a des entreprises qui veulent venir à Limoges avec ce label » selon Alexis Mons.

Le gouvernement a lancé cette initiative en 2013, pour "renforcer les actions publiques en faveur des start-up". C'est-à-dire, qu’elles pourront plus facilement répondre à des appels à projets publics.
durée de la vidéo: 02 min 48
Interview d'Alexis Mons, porteur de la candidature de Limoges au réseau French Tech ©F3 Limousin


Plus d'argent pour les entreprises du réseau ?

La French Tech, c’est avant tout une marque. Déposée par l’état, la marque de ne prévoit pas de financement de la part du gouvernement.

Toutefois, l’agglomération de Limoges et la grande région Nouvelle Aquitaine soutiennent financièrement le réseau pour qu’il se structure, et des infrastructures vont se développer autour d’ESTER Technopole.

Etre dans un réseau thématique de la French Tech signifie aussi que les entreprises ont accès à des dispositifs d’aides spécifiques. Par exemple : une bourse pour créer une start-up, ou un programme de développement réservée à quelques entreprises prometteuses pour en faire des championnes nationales.

Un fond d’investissement de 200 millions d’euros, a été créé pour investir dans des accélérateurs de start-up. Ces structures, comme les incubateurs, aident les entreprises à démarrer plus vite.

Pour Isabelle Briquet, en charge des finances à Limoges Métropole, "pour les entreprises, le réseau French Tech est une clée pour passer à l'étape supérieure". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
french tech technologies économie innovation sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter