Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Ouverture de bouches incendie : la ville de Limoges porte plainte

© pixabay
© pixabay

La ville de Limoges a décidé de porter plainte après l'ouverture d'une bouche incendie, mercredi 14 juin dans le quartier du Val de l'Aurence. Le "street pooling" agace la municipalité. 

Par Hélène Abalo

C'est rafraîchissant, mais illégal. On appelle cela le "street pooling". Venue tout droit des Etat-Unis, cette (mauvaise) pratique consisite à ouvrir les bouches incendie en cas de pic de chaleur. Des ouvertures sauvages et illégales qui agacent non seulement les pompiers (il s'agit tout de même de leur outil de travail) mais aussi les municipalités. C'est le cas de la ville de Limoges. 

Mercredi 14 juin, l'ouverture d'une bouche incendie, rue Jolio Curie à Limoges dans le quartier du Val de l'Aurence a été à l'origine d'un attroupement et l'esprit bon enfant s'est évaporé lorsque les services des eaux et la police nationale sont intervenus : des véhicules ont été la cible de jets de projectiles. 

La municipalité a donc décidé de porter plainte, d'autant que la vidéosurveillance a permis l'identification des auteurs des dégradations sur les voitures ainsi que celle de celui qui avait "ouvert les vannes". 

La ville de Limoges avertit qu'elle portera plainte systématiquement contre cette pratique. Outre les attroupements, le street pooling est dangereux en raison de la pression de l'eau au moment de l'ouverture de la bouche incendie. En cas de sinistre dans un logement, les pompiers ne disposeraient pas de l'équipement nécessaire pour éteindre un feu. 

De plus, la mairie rappelle que l'ouverture de bouche incendie réduit le débit du réseau de distribution d'eau potable, sans compter le gaspillage : 1 heure = 200 m3,  soit la consommation d'eau d'une famille sur une année entière ! 


Sur le même sujet

Weesurf : l'appli qui donne toutes les infos utiles aux surfers

Près de chez vous

Les + Lus