La corrida définitivement radiée du patrimoine immatériel de la France

Interview de François Zumbil
Le coordonateur du comité scientifique qui avait demandé l'inscription de la corrida au Patrimoine immatériel de la France parle d'une erreur de lecture - France 3 Euskal Herri - T.Darguy / E.Clerc

Mercredi 27 juillet, le Conseil d'Etat a définitivement radié la tauromachie du Patrimoine immatériel français. Une victoire pour les anti-corridas qui souhaitent maintenant qu'elle soit interdite en France.

Par SV

Le Conseil d'Etat a rejeté le pourvoi de deux organisations pro-corrida, qui contestaient la décision de la cour administrative de Paris de radier cette pratique de l'inventaire du Patrimoine immatériel de la France.

" Le pourvoi de l'Observatoire national des cultures taurines et de l'Union des villes taurines de France est rejeté ", indique une décision du Conseil d'Etat du 27 juillet.
Le coordonateur du Comité scientifique qui avait demandé l'inscription de la corrida au Patrimoine immatériel en 2011 parle d'une erreur de lecture de la décision. Pour François Zumbil, le Conseil d'Etat dit simplement que les deux associations pro-corrida n'étaient pas habilitées à faire appel.

Ecoutez son témoignage au micro de Totte Darguy et Emmanuel Clerc en début d'article

Ces deux associations devront verser 3.000 euros au CRAC Europe (comité radicalement anti-corrida) et à l'association Droits des Animaux, des opposants à la corrida.
Près de 500 militants de ces associations anti-corrida avaient manifesté samedi 23 juillet à Mont de Marsan en marge d'une corrida pendant les fêtes de la Madeleine. Dans leurs rangs se trouvait l'ancienne secrétaire d'Etat Rama Yade qui prônait une corrida dite portugaise, sans mise à mort.
500 manifestants anti-corrida à Mont de Marsan
Les opposants à la tauromachie ont défilé dans les rues de la cité montoise, au quatrième jour des fêtes de la Madeleine.


L'association des villes taurines et l'Observatoire national des cultures taurines avaient obtenu en 2011 l'inscription de la corrida à l'inventaire du Patrimoine immatériel, une décision infirmée en juin 2015 par la cour administrative.
" Le rejet du pourvoi fait que la décision de la cour administrative est définitive ", a commenté David Chauvet, le co-fondateur de Droit des animaux.
" Nos adversaires voulaient sanctuariser la corrida, ce ne sera pas le cas ", a-t-il ajouté.

" Ce fut un long combat: cinq ans de lutte acharnée pour obtenir une évidence la corrida, séance de torture et d'agonie, n'a rien à faire avec les parfums de Grasse et la tarte Tatin ", ont commenté dans un communiqué le CRAC Europe et Droit des animaux.
" C'est formidable d'avoir retiré définitivement la corrida du patrimoine immatériel de la France ", a réagi Brigitte Bardot tout en soulignant que " ce sera encore plus formidable quand la corrida sera définitivement interdite en France ".


300 pratiques dans le Patrimoine immatériel français

Des savoir-faire, des pratiques rituelles, sportives, festives, des danses, des jeux, des musiques peuvent être inscrites au patrimoine culturel immatériel des pays, qui constitue un recensement mais n'implique pas de mesures de sauvegarde.

L'inventaire français comprend quelque 300 pratiques dont la fauconnerie, le compagnonnage, la dentelle au point d'Alençon, le maloya (musique traditionnelle de la Réunion) ou le tracé de la charpente française.

Sur le même sujet

Swinrun à Royan

Près de chez vous

Les + Lus