A Mugron, l'abattage d'un séquoia centenaire provoque la polémique

Le séquoia était trop encombrant, trop près de l'EHPAD au point d'en être dangereux selon la directrice de l'établissement. / © F3Aquitaine
Le séquoia était trop encombrant, trop près de l'EHPAD au point d'en être dangereux selon la directrice de l'établissement. / © F3Aquitaine

Le séquoia géant était centenaire, mais il se dressait trop près d'un EHPAD. La directrice de l'établissement a préféré l'abattre pour garantir la sécurité de ses résidents. Mais à Mugron, une partie des villageois ont manifesté leur colère. La mairie a pris des dispositions. 

Par Hélène Chauwin

Le séquoia était trop encombrant et menaçait, selon la directrice de l'EHPAD Saint Jacques, la sécurité des 83 résidents de l'établissement. Marie-Catherine Dourthous a donc décidé de le faire abattre :  

Il était impensable que je privilégie la présence d'un arbre à la sécurité et à l'intégrité physique des résidents. Ce sont des gens vulnérables. 


Une décision qui a révolté son  voisin, René Hutt, propriétaire d'un magasin de décoration très tendance. Il était très attaché à cet arbre. 

La maison de retraite, peut-être que dans 50 ou 60 ans, elle ne sera plus là. L'arbre, lui, aurait toujours été là. Ca peut vivre 2000 ans. 


Pierre Debats, le Président de l'association historique et culturelle du Canton de Mugron partage cet avis : 

Le séquoia est un arbre remarquable au sens propre  du terme et dans la définition qu'on emploie aujourd'hui pour désigner des arbres qu'on ne voit pas ailleurs. C'était un arbre qui était magnifique, un pôle d'attraction. 


Une pétition a déjà recueilli 450 signatures. Devant la colère d'une partie de ses administrés, le maire de Mugron a décidé soit de conserver l'arbre, s'il repoussait de sa base, soit en planter un autre de la même essence. 

Les arbres de la commune seront également répertoriés.

Polémique à Mugron après l'abattage d'un sequoia centenaire
L'arbre centenaire qui jouxtait la maison de retraite était devenu trop encombrant et dangereux. C'est la directrice de l'établissement qui est à l'origine de cette décision. Cet abattage a provoqué la grogne de certains habitants du village landais.




Sur le même sujet

GM&S : l'audience au tribunal de commerce de Poitiers le 19 juillet 2017

Près de chez vous

Les + Lus