Le malaise du personnel de l'ancien conseil régional Poitou-Charentes

Lassés par les attaques dont ils estiment être l'objet, les agents de l'ancien conseil régional du Poitou-Charentes écrivent à Alain Rousset

Les élus de droite se lèvent pour aller vers les tribunes pour le public
Les élus de droite se lèvent pour aller vers les tribunes pour le public © france 3
Ça suffit ! 
 C'est ainsi que commence la lettre ouverte des six organisations syndicales de l'ancienne région Poitou-Charentes au président de la nouvelle grande région. Les récentes déclarations d'Alain Rousset, les révélations quasi quotidiennes dans la presse régionale, de tout cela, les agents de la fonction publique en ont assez. En clair ils ne veulent pas faire les frais des erreurs des élus, ils affirment faire leur travail avec le plus grand dévouement et dénoncent cette façon un  peu insidieuse de monter les agents de Bordeaux et de Limoges contre ceux de Poitiers. Pour preuve, lors du CHSCT du mois de mars, le directeur de l'administration générale aurait affirmé que l'état d'anxiété des agents de Bordeaux était généré par leurs collègues de Poitiers.  

Des négociations salariales sous tension

Avant même l'ouverture des négociations sur l'alignement des salaires des fonctionnaires des 3 ex-régions, un audit est prévu pour vérifier le fondement juridique des régimes indemnitaires en vigueur en Poitou-Charentes. Une façon peu élégante de tirer tout les salaires vers le bas et de semer un peu plus de zizanie entre les agents selon les syndicats.
En off, des agents affirment même que le trou du budget de l'ancienne région Limousin a aussi  été comblé sans faire de bruit, ni dans la presse, ni dans la nouvelle assemblée d'élus.
 Reportage de Marie-Ange Cristofari, Julien Delage et Josiane Étienne :
durée de la vidéo: 01 min 46
Ex agents du CR en colère


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique social polémique société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter