Lot-et-Garonne : Céline Boussié, jugée pour avoir dénoncé des maltraitances sur des enfants

Céline Boussié / © F3 Aquitaine
Céline Boussié / © F3 Aquitaine

Céline Boussié a-t-elle délibérément diffamé son ancien employeur? Ou est-elle, au contraire, une lanceuse d'alerte? C'est ce que devra éclaircir le tribunal correctionnel de Toulouse devant lequel comparaît cette femme, aide médico psychologique,  originaire du Lot-et-Garonne.

Par Maïté Koda avec Marie Martin

Ancienne employée de l'institut médico-éducatif de Moussaron dans le Gers, Céline Boussié est poursuivie, comme trois autres lanceurs d'alerte avant elle, pour avoir dénoncé en 2015 la maltraitance subie par les pensionnaires poly handicapés de l'établissement. Une situation vécue comme une injustice.

En tant que professionnelle de santé, vous êtes dans l'obligation de dénoncer. Parce que j'ai alerté et ai voulu protéger 80 résidents polyhandicapés, je me retrouve aujourd'hui jugée. Et c'est la même problématique pour tous les lanceurs d'alertes.



Les faits dénoncés par Céline Boussié, trois autres employés les ont signalés avant elle. Tous ont été condamnés pour diffamation.

Car de son côté, la direction de l'établissement, privé, mais bénéficiant d'aides de l'état, crie au mensonge et s'est constituée partie civile. Elle assure qu'il s'agirait d'une vengeance bien orchestrée. Mais la jeune mère de famille dispose de nombreux soutiens dont celui de la lanceuse d'alerte Irène Frachon, et surtout, des parents de jeunes pensionnaires.

Céline Boussié encourt une amende, avec ou sans sursis. Le jugement est mis en délibéré au 21 novembre.

Céline Boussié, diffamatrice ou lanceuse d'alerte


Sur le même sujet

Jacobo Gonzalez Arnao Campos, Consul d'Espagne à Bordeaux

Près de chez vous

Les + Lus