La Marbot, c'est la plus précoce. Elle se récolte dès la mi-septembre et se consomme idéalement fraîche. Elle bénéficie de l'AOC Noix du Périgord dans le Sarldais (Dordogne) mais également du côté de Saillac en Corrèze dont elle apprécie la chaleur et la lumière.
Il parait qu'au 19e siècle, un écureuil pour traverser le département d'est en ouest, de noyer en noyer, de Juillac aux portes du Lot. Un chemin aujourd'hui devenue "la route de la noix".

Véritable richesse économique en Corrèze, la grêle de 1956 et la tempête de 1974 ont eu raison d'une exploitation abondante. Il subsiste tout de même de nombreuses noyeraies et des initiatives qui maintiennent le souvenir et la vie de ce petit fruit.  
 

"Quatre demoiselles dans un couvent qui ne voient ni pluie ni vent…"

C'est une nouveauté estivale 2016 : un musée de la noix a ouvert ses portes à Saillac baptisé "Les quatre demoiselles", un nom inspiré d'une devinette
"Quatre demoiselles dans un couvent qui ne voient ni pluie ni vent… Qui sont-elles ? Les quatre parties du cerneau de la noix". 

Découvrez le musée de la Noix de Saillac :
"Les quatre demoiselles"

Saillac (Corrèze) Comment faire revivre le café du village tout en valorisant son histoire nucicole ?tout simplement en créant un musée ou il y aussi à boire et à manger !  - Juile Radenac & Guy Souter


 

Avec modération... 

Consommée fraîche ou séchée, transformée en huile, la noix peut également être distillée en liqueur. Dans la distillerie au nom prédestiné Denoix, à Brive-la-Gaillarde, on en produit jusqu'à 60 000 bouteilles par an.
La liqueur de noix, production corrézienne

La liqueur de noix est une spécialité de Corrèze, issue du pressage de la noix verte. La distillerie "Denoix" en produit 60 000 bouteilles par an.  - Jean-Sébastien Tingaud & Guy Souter