Pendant les Journées Européennes du Patrimoine (JEP) 2017, dix phares en Nouvelle-Aquitaine ouvrent leurs portes au public. Répartis du nord au sud de la région, ils offrent un point de vue exceptionnel sur le territoire. À travers cet article, partez à la découverte de l'histoire de ces paysages emblématiques du littoral néo-aquitain. Nous vous les présentons du plus au Nord, le phare de Trousse-Chemise, au plus au Sud, celui de Biarritz : 

  • Le phare de Trousse-Chemise (17)
  • Le phare des Baleines (17)
  • Le phare de Chassiron (17)
  • Le phare de la Coubre (17)
  • Le phare de Vallières (17)
  • Le phare de Cordouan (33)
  • Le phare de Richard (33)
  • Le phare du Cap-Ferret (33)
  • Le phare de Contis (40)
  • Le phare de Biarritz (64)

Dans un premier temps, nous avons choisi de ne mentionner que les phares ouverts lors des Journées du patrimoine 2017. Une fois l'évènement terminé, nous modifierons cet article pour vous permettre de découvrir tous les phares de Nouvelle-Aquitaine, comme le phare du bout du monde (17) ou encore le phare de Socoa (64).

 

Le phare de Trousse-Chemise

Il s’agit d’une maison-phare, la dernière de ce genre en Charente-Maritime, située dans le bois de Trousse-Chemise sur l’île de Ré (17). Haute de douze mètres, elle se dresse au sommet d’une dune. Cette maison-phare est dotée d’un feu dit "quatre secondes" (cela signifie qu’il est visible toutes les quatre secondes). Il permettait d’éclairer le Banc du bûcheron, une longue langue de sable découverte à marée basse.

Le phare de Trousse-Chemise fonctionnait en relation avec une construction de métal et de verre, disposée un peu plus loin vers la mer, qui abritait un feu secondaire d’alignement. Lorsque les deux feux étaient allumés, ils permettaient d’indiquer la route pour passer entre le Banc du bûcheron et l’estran de Loix (une bande de terre faisant partie du littoral qui est recouverte lors des marées hautes et découverte à marée basse). Ce système a été abandonné en octobre 2006 et le feu secondaire a été remplacé par un feu à éclats qui permet un positionnement direct des bateaux. Aujourd’hui, la maison-phare de Trousse-Chemise est la propriété du service des Phares et Balises. Elle ne fonctionne plus depuis 2007.
Charles Aznavour chante Trousse-Chemise à l'Opéra Garnier (Paris) en 2007

►Durant les Journées du patrimoine (JEP) 2017, le site est ouvert. L’occasion pour les visiteurs de découvrir son histoire et celle de son gardien grâce à une visite guidée gratuite. Un atelier de nœuds marins est également proposé gratuitement, samedi 16 septembre, à 10 h 30 et dimanche 17 septembre, à 16 h 30. Réservation obligatoire au 05 17 83 20 57.
 


© Communauté de communes de l'île de Ré
© Communauté de communes de l'île de Ré

 

Le phare des Baleines

Situé sur la pointe ouest de l'île de Ré, sur la commune de Saint-Clément-des-Baleines (17), le grand phare des Baleines a été construit en 1825 et a été allumé pour la première fois en 1854. Il doit son nom au nombre relativement élevé de baleines qui venaient s'échouer à cet endroit de l'île de Ré par le passé.

Le phare des Baleines est un phare d'atterrissage : grâce à son feu d'une portée de 50 km environ, il permet aux marins abordant les côtes françaises de se repérer, peu importe leur position en mer. Le bâtiment forme une tour octogonale en pierres apparentes de 57 mètres de haut et compte 257 marches. Il a été classé au titre des monuments historiques en juin 1904. Visité par 160 000 visiteurs chaque année, ce phare est toujours en activité.
Le phare des Baleines, la star de l'île de Ré - Reportage de Midi en France
►Le phare des Baleines est ouvert tous les jours de l'année au public mais les horaires d'ouverture dépendent des périodes. Tout le mois de septembre, les visites se font entre 10 h et 18 h 30, puis d'octobre à mars, de 10 h 30 à 17 h 30. Selon les lieux que vous souhaitez visiter - grand phare, musée, vieille tour - la participation varie de 3,40 € à 10 € pour les adultes et de 1,70 € à 5 € pour les enfants entre 7 et 12 ans. 


© Communauté de communes de l'île de Ré
© Communauté de communes de l'île de Ré

 

Le phare de Chassiron

C’est un lieu emblématique de la ville d’Oléron (17). Le phare de Chassiron, haut de 46 mètres, a été mis en service pour la première fois le 1er décembre 1836. Son utilité : servir de guide aux marins à l’entrée du Pertuis d’Antioche. Grâce à ses bandes noires et blanches, il est visible de jour jusqu’à 35 km et de nuit, jusqu’à 52 km, grâce à son code lumineux (un éclat toutes les dix secondes). Il comporte 224 marches.

Depuis avril 2007, le phare de Chassiron a été entièrement réhabilité : des jardins circulaires en forme de rose des vents ont été aménagés et un musée a été créé au premier étage du phare. La maison des gardiens du phare, appelée "maison de la pointe" a aussi été rénovée. Elle abrite désormais des expositions temporaires et des ateliers pédagogiques destinés à faire découvrir les richesses du milieu marin.
Le phare de Chassiron - Reportage de Cap Sud-Ouest en juillet 2016

►Le site se visite tous les jours de l’année mais pour les Journées du patrimoine 2017, un "parcours spectacle" inédit est proposé. Au travers de maquettes, d’objets traditionnels ou encore de vidéos, les visiteurs sont entraînés dans l’histoire de Dédé le naufragé pendant une demi-heure. Une participation de 2,50 € pour les adultes et 1€ pour les enfants de 6 à 15 ans, est demandée pour cette visite audio-guidée.


Liens utiles : 


© Wikipédia
© Wikipédia

 

Le phare de la Coubre

Du haut du phare de la Coubre, après avoir gravi 300 marches, un panorama à 360° s’offre aux yeux. Une vue imprenable sur la côte sauvage de La Tremblade et ses magnifiques plages, l’estuaire de la Gironde, la forêt de Coubre, la presqu’île d’Arvert et l’île d’Oléron.

Au pied du phare, un écomusée relate son histoire et les matériels nécessaires à son fonctionnement. Une salle d'exposition, située dans le parc, permet de découvrir des artistes et artisans. Le phare de la Coubre mesure 64 mètres de hauteur et a une portée lumineuse de 52 kilomètres. Il a été mis en service en 1895 et a fait peau neuve en 2016. L’occasion pour de nous rendre sur place. Il est désormais habillé de rouge et de blanc.

Le phare de la Coubre - Youtube Claude Frense

►Le site est ouvert au public de février à décembre (fermé entre le 13 novembre et le 25 décembre). L'accès au phare est possible en septembre du mercredi au lundi, entre 10 h et 12 h 30 et entre 14 h et 17 h 30. Vous pouvez prendre vos billets jusqu'à trente minutes avant la fermeture. Une participation de 4 € pour les adultes et de 2,50 € pour les enfants de 5 à 11 ans est demandée. À noter que le phare de la Coubre peut être fermé en cas d'intempéries (vents violents, orages). 


Liens utiles : 


© Phare de la Coubre
© Phare de la Coubre

 

Le phare de Vallières

C’est le nom du phare de Saint-Georges-de-Didonne (17). Construit entre 1898 et 1902, il domine le port et l’estuaire de la Gironde. Il forme une tour carrée, dont la base est constituée de granits et de pierre de tailles, et mesure 36 mètres de haut. Désaffecté depuis juin 1969, le phare de Vallières comporte 144 marches. Grâce à ses dépendances, il est inscrit au titre des monuments historiques depuis mai 2011.
© Wikipédia
© Wikipédia
►Visible de juin à septembre, le phare de Vallières est aussi ouvert pour les Journées du patrimoine 2017, durant lesquelles des visites commentées gratuites sont organisées. Réservation auprès de l'office de tourisme au 05 46 05 09 73.


Liens utiles :

Le phare de Cordouan

Il est le premier phare classé au titre des monuments historiques en 1862. Avec ses 68 mètres de hauteur et une portée de 33 kilomètres, le phare de Cordouan éclaire et sécurise la circulation dans les deux passes permettant l’accès à l’estuaire de la Gironde. C'est le dixième phare le plus élevé du monde, et le troisième en France, après ceux de l’île Vierge (29) et de Gatteville (50). Construit entre 1584 et 1611, il est le plus ancien phare de France encore en activité.

Son architecture grandiose lui vaut de nombreux surnoms comme "Versailles de la mer" ou encore le "phare des rois". Plusieurs interprétations ont été proposées pour expliquer l'origine du nom de Cordouan. Si la référence à la ville de Cordoue est très peu probable, il semble qu'une explication soit à trouver dans l'étude des toponymes. En effet, l'île de Cordouan est située au cœur (cor en latin) des bancs de sable, les Asnes, signalés sur de nombreuses cartes. La contraction de cor et Asnes expliquerait l’origine de Cordouan.

Phare de Cordouan en juin 2015 - Reportage de Cap Sud-Ouest

La visite de la tour du phare de Cordouan s'effectue par groupe de 30 personnes maximum. Sa durée est variable mais il faut compter minimum 20 minutes. Pour pouvoir réaliser cette visite, il est impératif d’être équipé de chaussures (sandales en plastique) et de vêtements adaptés. Une participation de 8 € pour les adultes et de 2,50 € pour les enfants est demandée. Elle comprend l'entrée et la visite du phare mais pas le coût du transport qui dépend de la compagnie qui assure la traversée. 


Liens utiles : 

 

© Wikipédia
© Wikipédia

 

Le phare de Richard

À l'origine, il y avait "l'arbre de Richard" qui permettait de guider la navigation sur l'estuaire de la Gironde. Il a malheureusement été abattu lors d'une tempête au XIXe siècle. Pour le remplacer, le phare de Richard a été construit en 1843 dans la commune de Jau-Dignac-et-Loirac (33). À cette époque, le phare est rapidement devenu un lieu de rendez-vous communal où des bals populaires étaient organisés. Ce phare est le plus petit situé sur l’estuaire de la Gironde : seulement 18 mètres de haut et 63 marches. Du fait de sa petite taille, un second phare métallique de 30 mètres de haut a été construit en 1870. Mais celui-ci est démoli en 1953.

Le site reste ensuite à l’abandon jusqu’en 1982, jusqu’à ce qu’un groupe d’adolescents de Jau-Dignac-et-Loirac, soutenu par le maire du village, décide de restaurer les lieux. À partir de 1992, ils vont lancer une reconversion du site vers une vocation touristique et culturelle. Du haut du phare : un superbe panorama sur l’estuaire de la Gironde, les côtes charentaises et les "polders de Hollande". Le phare de Richard abrite le musée de l’ostréiculture et de la pêche ainsi qu’un petit musée des Phares et Balises.
© Wikipédia
© Wikipédia

►Le phare est ouvert toute l'année aux visiteur. Une participation de 2 € pour les adultes (gratuit pour les enfants de moins de 10 ans) est demandée. De septembre et octobre, les visites se font entre 14 h et 18 h, du mercredi au lundi. Pour plus de renseignements, contactez l'Association communale du phare de Richard au 05 56 09 52 39.


Liens utiles :


Le phare du Cap-Ferret

Le premier phare du Cap-Ferret a été mis en service le 1er novembre 1840. Il fonctionnait à la vapeur de pétrole et était doté d’un seul feu fixe blanc. Construit en pierre de taille, il mesurait 50 mètres de haut et comportait 275 marches. Il avait une portée d’environ 50 kilomètres. Mais en août 1944, avant d'évacuer le Cap-Ferret, les Allemands le détruisent. Un deuxième phare a donc été rebâti rapidement et mis en service en 1947 à la pointe de la presqu’île. C’est celui que nous voyons aujourd’hui. Après avoir gravi ses 258 marches, la vue sur le Bassin est imprenable : les parcs à huîtres, l’Île aux Oiseaux, les passes, la Dune du Pilat, l’océan…

L’étoile incrustée sur le portail est l’emblème du service des phares et balises. Ce symbole a été choisi à la mémoire des anciens navigateurs qui ne pouvaient se guider qu’en scrutant le ciel. Aux trois quarts blanc avec le sommet rouge, le phare du Cap-Ferret indique un danger. Son but est de déconseiller l’entrée nocturne dans le Bassin d’Arcachon, en signalant la dangerosité des passes par son éclat rouge. Il est également inscrit au titre des monuments historiques depuis novembre 2009.
© Wikipédia
© Wikipédia

►Le phare du Cap-Ferret est ouvert toute l'année, du lundi au dimanche, seuls les horaires d'ouvertures changent en fonction des périodes. En septembre, les visites sont possibles de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30 tous les jours. Elles s’arrêtent 30 minutes avant la fermeture du site. Le tarif est de 6 € pour les adultes et 4 € pour les enfants de 4 à 12 ans.

Liens utiles :

Le phare de Biarritz

Situé sur la pointe de Saint-Martin (64), à 75 mètres d'altitude, le phare de Biarritz mesure 47 mètres de haut. Fier de ses 248 marches, il domine le Cap Hainsart. Il a été construit en 1830 et mis en service le 1er février 1834. La lanterne actuelle balaye la nuit de deux éclats lumineux de 10 secondes et a une portée visuelle de 48 kilomètres. Le phare de Biarritz est de couleur blanche et a une forme cylindrique. Il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 novembre 2009. 
© Wikipédia
© Wikipédia

►Le phare de Biarritz est ouvert toute l'année aux visites. En septembre, les visiteurs peuvent s'y rendre tous les après-midis, de 14 h à 18 h. Il est conseillé de contacter l'Office de tourisme (05 59 22 37 15) avant de visiter le phare car suivant les conditions météorologiques (rafales de vent ou mauvais temps), il peut être fermé au public par sécurité. Tarifs : 2,5 € pour les adultes et 2 € pour les enfants de 4 à 16 ans.