Le jugement de Jon Palais qui a subtilisé 14 chaises à la BNP a été mis en délibéré au 23 janvier

Arrivée de Jon Palais au tribunal de Dax le lundi 9 janvier 2017 / © Emmanuel Clerc France 3 Aquitaine
Arrivée de Jon Palais au tribunal de Dax le lundi 9 janvier 2017 / © Emmanuel Clerc France 3 Aquitaine

Ce militant de Bizi au Pays Basque, considéré comme l'un des leaders du mouvement des "faucheurs de chaises", comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Dax. Il est poursuivi par la BNP pour vol de chaises dans une agence parisienne. Une action visant à dénoncer l'évasion fiscale.

Par CA

"Rendez les milliards, nous rendrons les chaises!"


scandent les militants de Bizi qui ont multiplié les actions coup de poing dans les banques depuis le scandale de Swissleaks en 2015. 

Ils agissent selon le concept de "réquisition citoyenne de chaise" expliquent-ils. Ils ont réussi à s'introduire dans une quarantaine de banques et leurs actions avaient abouti au "sommet des 196 chaises" en marge de la COP21. Ils voulaient ainsi souligner le besoin de financement de la transition énergétique.

Ils avaient alors finalement laissé les chaises sur la voie publique à disposition des forces de l'ordre alors que s'ouvrait le procès de Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale.

Regardez le compte-rendu de l'audience avec Ludivine Tachon et Laurent Montiel.

Compte-rendu de l'audience procès Jon Palais
Ce militant de Bizi au Pays Basque, considéré comme l'un des leaders du mouvement des "faucheurs de chaises", comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Dax. Il est poursuivi par la BNP pour vol de chaises dans une agence parisienne. Une action visant à dénoncer l'évasion fiscale.


A l'extérieur du tribunal, ils étaient nombreux à apporter leur soutien. Et parmi eux des personnalités comme, notamment, Eva Joly ou José Bové...
Regardez le reportage d'Emmanuel Clerc et Christian Etchegaray.

Réactions autour du tribunal de Dax, procès Jon Palais
Ce militant de Bizi au Pays Basque, considéré comme l'un des leaders du mouvement des "faucheurs de chaises", comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Dax. Il est poursuivi par la BNP pour vol de chaises dans une agence parisienne. Une action visant à dénoncer l'évasion fiscale.


Premier Procès


Jon Palais est le premier à être poursuivi dans ce dossier. "On est dans une démarche de désobéissance civile avec des actions à visage découvert" se défend-il. "Les réquisitions de chaises ont permis à des gens de transformer leur colère en action non violente constructive pour créer du débat" ajoute t-il.

C'est une façon "de dénoncer l'impunité des banques qui organisent l'évasion fiscale par des montages financiers". 

Jon Palais, 37 ans, sera défendu par Eva Joly, l'ex-juge anti-corruption devenue avocate, et sa fille Caroline Joly.

"Modestement, la team Joly va tenter de rétablir l'équilibre entre la BNP, championne de la création de structures off-shore dans les paradis fiscaux, et un militant en résistance avec des chaises valant quelques dizaines d'euros" observe t-elle.

De son côté, BNP Paribas assure n'être présente dans "aucun paradis fiscal de la liste de l'OCDE, la seule reconnue mondialement". La banque ajoute que "c'est l'intrusion à caractère offensant et violent à l'encontre des clients et collaborateurs de l'agence" qui l'a poussée à porter plainte et non le vol de chaises.

Procès de Jon Palais à Dax, retour sur l'histoire des faucheurs de chaises
Jon Palais, militant de Bizi, est poursuivi pour vol en réunion. Il avait volé 14 chaises dans une agence BNP Paribas pour dénoncer l'évasion ficale. Retour sur action commencée en 2015 après l'affaire swissleak. Le récit de Candice Olivari.



Sur le même sujet

Trois députés de Poitou-Charentes vivaient aujourd'hui leur dernière session parlementaire

Actualités locales

Les + Lus