Prisonniers basques : un tour des prisons pour “interpeller” l'opinion

Les familles des prisonniers basques ouvraient la marche à Bayonne le 9 janvier 2016 / © France 3 Aquitaine
Les familles des prisonniers basques ouvraient la marche à Bayonne le 9 janvier 2016 / © France 3 Aquitaine

Des membres de mouvements de soutien aux prisonniers basques ont annoncé ce mercredi à Bayonne le lancement en novembre d'un "tour des prisons en France" pour interpeller l'opinion sur le sort de ces "68 détenus".

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

"Du 16 novembre au 9 décembre nous effectuerons un tour des prisons en France pour interpeller les acteurs locaux, les élus et la presse autour de la situation des prisonniers basques", a déclaré lors d'une conférence de presse Émilie Martin, membre de Bagoaz (Allons-y !), un mouvement en faveur des prisonniers basques.

Ce tour des prisons doit passer par huit villes : Toulouse, Marseille, Lyon, Poitiers, Nantes, Rennes, Lille et Paris.

3 mouvements ont annoncé ce mercredi 4/10/17 un tour des prisons pour interpeller l'opinion sur le sort des prisonniers basques / © Bagoaz
3 mouvements ont annoncé ce mercredi 4/10/17 un tour des prisons pour interpeller l'opinion sur le sort des prisonniers basques / © Bagoaz

Selon Bagoaz, Etxerat (A la maison, en langue française) et SARE, mouvement similaire à Etxerat au Pays basque espagnol, "316 prisonnières et prisonniers basques sont incarcérés actuellement dans des prisons en France et en Espagne ".
"Soixante-huit sont en France répartis dans 20 prisons, 240 en Espagne dans 40 prisons, une est dans un centre maternel avec son enfant en Espagne, 2 au Pays basque sud (espagnol), et 5 portent un bracelet électronique au Pays basque nord et sud (français et espagnol)", ont-ils
détaillé.

"Si la loi était appliquée 43 prisonnières ou prisonniers seraient actuellement libres",  21 d'entre elles ou eux sont gravement malades, 14 peuvent bénéficier d'une liberté conditionnelle et 8 pourraient obtenir une confusion de peine en Espagne en application de la législation européenne"


Par ailleurs, les trois mouvements ont dit s'associer à un  "rassemblement organisé par les artisans de la paix le 9 décembre à Paris".

Le 8 avril dans les Pyrénées-Atlantiques, des personnes se nommant "artisans de la paix", des élus et des personnes issues de la société civile avaient remis aux autorités françaises près de 3,5 tonnes d'armes, explosifs et matériels "trouvés" dans huit caches désignées par l'opération séparatiste basque ETA. Les artisans de la paix réclament depuis "l'abrogation des mesures d'exception à l'encontre des prisonniers basques dans le cadre d'un règlement global et définitif du processus de paix en Pays basque" et appellent en ce sens à un grand rassemblement à Paris le 9 décembre.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Créon : 4 personnes interpelées,100 kgs de cannabis et des armes saisis

Près de chez vous

Les + Lus