Tauromachie : à Bayonne, une corrida a été gâchée par des taureaux sans jeu

Le matador espagnol Javier Jimenez lors de la Feria de l'Atlantique à Bayonne samedi 3 septembre 2016. / © Daniel VELEZ / AFP
Le matador espagnol Javier Jimenez lors de la Feria de l'Atlantique à Bayonne samedi 3 septembre 2016. / © Daniel VELEZ / AFP

L'avant-dernière corrida de la saison à Bayonne  a été largement gâchée par des taureaux de l'élevage espagnol de Pedrés (province de Salamanque) offrant très peu de jeu.

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

Pour la Féria de l'Atlantique, qui se terminera ce dimanche, les matadors espagnols Curro Diaz, Ivan Fandino et Javier Jimenez n'ont eu que leur courage à opposer à six taureaux, certes puissants avec trois d'entre eux à plus de 600 kg, mais sans caste. S'ils ont fait tomber cheval et picador à deux reprises, ils n'ont pris au total que douze piques.

Malgré toute son expérience, Curro Diaz, 42 ans, originaire de Linares en Andalousie,  a dû se contenter d'un salut au centre après pourtant une belle estocade à son premier adversaire, lourd de 628 kg. Face à son second taureau, qui n'a offert aucun jeu, il a écourté la faena.

Quant au local de l'étape, le Basque espagnol Ivan Fandino, 35 ans, il s'est fait accrocher sur sa main gauche à son premier taureau et a été malheureux à la mise à mort. Devant le 2ème, il a dû arracher les passes une à une et, à force d'obstination, a obtenu de faire une vuelta.

Le jeune espoir andalou Javier Jimenez, 25 ans, né à Espartinas, près de Séville, qui avait coupé deux oreilles le 21 août à Madrid et était sorti en triomphe, a apparu désarmé face à ses deux adversaires.

Une minute de silence a été observée à la mémoire du célèbre coureur de l'encierro de Pampelune, Julen Madina, 61 ans, mort le 30 août à l'Hôpital de Saint-Sébastien après avoir été emporté par une vague sur une plage de la ville et fracassé contre des rochers.

1ère corrida de la Féria de l'Atlantique à Bayonne :

Environ deux-tiers d'arène : 6.000 spectateurs

  • Taureaux de Pedrés (province de Salamanque) : puissants, mais sans bravoure
  • Curro Diaz : salut au centre et silence
  • Ivan Fandino : salut au tiers après avis et vuelta
  • Javier Jimenez : silence après deux avis et silence après deux avis

Sur le même sujet

Woo, seul fabricant de pirogues en Europe

Près de chez vous

Les + Lus