Présidentielle 2017 : pour Emmanuel Macron, “la ruralité a tout pour réussir”

© E. Gérard, FTV
© E. Gérard, FTV

Dans une interview de 20 minutes accordée à France 3 et France Bleu, Emmanuel Macron est revenu sur ses propositions pour les territoires en France, en matière de transports, de santé. Des propositions aussi pour les secteurs ruraux, qui n'ont pas particulièrement voté pour lui.

Par Coralie Roland

Pour commencer, Emmanuel Macron a été interrogé sur le ralliement hier soir de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) à Marine Le Pen. Elle a d'ailleurs annoncé ce samedi qu'elle nommerait l'ancien candidat debout la France Premier ministre en cas d'éléction. "C’est une clarification, c’est une recomposition politique qui est en cours. Nous irons au bout de cette recomposition politique entre une droite réactionnaire qui veut sortir de l’Europe et de l’euro, qui veut le repli de la France sur ses frontières nationales et qui à mes yeux porte un projet d’affaiblissement du pays. Et de l’autre cote un bloc progressiste, celui que je porte avec des femmes et des hommes de la société civile mais aussi venant de la gauche, du centre et de la droite sociale pro-européenne, du gaullisme et qui ont vocation à travailler ensemble. Et enfin un bloc protestataire sur l’aile gauche qui ne se retrouve dans aucune de ces offres."

E. Macron à Poitiers : "une recomposition est en cours"
E. Macron, candidat de En Marche ! à l'élection présidentielle interrogé à Poitiers par france 3 et France Bleu.


"Je suis un girondin pragmatique"


Le candidat de En Marche !, s’il est élu, envisage de « regrouper » métropoles et départements là où celles-ci sont les plus fortes. Il prend pour exemple le département des Bouches-du-Rhône qui dit-il "a une vingtaine de communes en dehors de la métropole Aix-Marseille. Est-ce que ça a encore du sens de maintenir un département des Bouches-du-Rhône avec la métropole ? Non."
Il "ne souhaite pas forcer les communes à se regrouper", mais c’est pour lui une opportunité de gagner en efficacité" par la mutualisation des moyens pour les collectivités.

E. Macron : vers un regroupement des métropoles et des départements sur certains territoires
E. Macron, candidat de En Marche ! à l'élection présidentielle, interrogé à Poitiers par france 3 et France Bleu le samedi 29 avril 2017.

Sur ces questions des collectivités territoriales (région, département, métropole, intercommunalité et commune), les projets d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen sont très différents. Comme l’a rappelé hier la candidate du Front National à nos confrères de Nice, Marine Le Pen prône la suppression des conseils régionaux au profit des seuls départements et des communes. Emmanuel Macron souhaite, lui, leur maintien.

E. Macron contre la suppression des régions
E. Macron, candidat de En Marche ! à l'élection présidentielle interrogé à Poitiers par france 3 et France Bleu.

L’occasion pour lui d’attaquer le projet de Marine Le Pen qu’il qualifie d’"aberrant et donc dangereux", parce que « Mme Le Pen propose de raser gratis : elle remet la retraite à 60 ans pour tout le monde, elle vous propose d’augmenter les postes de fonctionnaires, elle baissera les impôts…, ça n’existe pas. C’est un projet aberrant et donc dangereux."


Les territoires ruraux


Emmanuel Macron a rappelé l’un de ses engagements pour le déploiement de la fibre et de la 3G-4G sur tout le territoire. Il donne 18 mois aux opérateurs pour y parvenir. S’ils "ne prennent pas leur responsabilité, l’État se substituera à eux pour le faire" dans le cadre d’un plan d’investissement.

Des propositions telles que le développement des maisons de services publics, un moratoire sur les écoles ("plus de fermetures d’école dans le monde rural dans les cinq années qui viennent") et le doublement du nombre de maisons de santé pluridisciplinaires, sont au programme du candidat. "On peut ne pas renouveler 120 000 postes de fonctionnaires sur les 500 000 fonctionnaires d’Etat, de la sphère sociale et des collectivités publiques" qui vont bientôt partir à la  retraite. Emmanuel Macron voit là un moyen de gagner en efficacité, en misant sur la modernisation, en investissant sur le numérique, la réorganisation et le regroupement de certains services.

Quel avenir pour la taxe d’habitation ?


"C’est l’impôt le plus injuste socialement et territorialement", estime Emmanuel Macron. Son projet est donc la suppression de cette taxe "pour 80% de la population". Une baisse de revenus pour les communes que l’Etat compenserait, "grâce aux économies dégagées" sous surveillance de la Cour des Comptes tous les six mois. Une conférence des régions réévaluera les situations de manière régulière.

E. Macron : quel avenir pour la taxe d'habitation
E. Macron, candidat de En Marche ! à l'élection présidentielle interrogé à Poitiers par france 3 et France Bleu.

L'agriculture


Emmanuel Macron souhaite que les agriculteurs "vivent du prix payé dignement". En cas d'élection, il prévoir d'instaurer des Etats généraux de l’alimentation, avec toutes les parties prenantes. Que "les filières signent un contrat qui garantit que le prix payé soit cohérent par rapport au prix de production". En cas de non-respect, il y aurait pour cette filière une "suspension de l’application de la loi de modernisation de l’économie". Autre élément de son programme : un plan d’investissement agricole de 5 milliards d’euros, et l'ouverture d'une nouvelle négociation de la PAC. Dès le début du quinquennat, il souhaite que soient supprimées les surtranspositions en matière agricole.

Les transports


Pour le candidat En Marche !, "la priorité dans le ferroviaire et la grande vitesse, c’est l’investissement dans les équipements courants (…) On a un vrai besoin sur le ferroviaire, c’est l’investissement dans les infrastructures existantes." Il prône le développement de déplacements multimodaux et s’engage à définir dès le premier trimestre après son éventuelle élection "les priorités en termes d’infrastructure de transports" sur le territoire.

Interview de Marine Le Pen à Nice vendredi


Cette interview est complémentaire de l'entretien avec Marine Le Pen, réalisé dans les mêmes conditions par nos confrêres de Nice vendredi. Dans cet entretien à revoir ici, la candidate du Front National a fait part de ses propositions pour redynamiser le pays en renforçant le rôle de L’Etat. Elle dit vouloir "lancer la révolution de la proximité."









A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Élizabeth Boissinot invitée du midi pile

Près de chez vous

Les + Lus