Ralliement de F. de Rugy à E. Macron : réaction de Véronique Massonneau

Barbara Pompili, François de Rugy et Véronique Massonneau, lors de la campagne de la primaire à gauche en décembre 2016. / © ALAIN JOCARD / AFP
Barbara Pompili, François de Rugy et Véronique Massonneau, lors de la campagne de la primaire à gauche en décembre 2016. / © ALAIN JOCARD / AFP

Véronique Massonneau fut la directrice de campagne de F. de Rugy lors de la primaire à gauche fin 2016. Elle réagit ici au ralliement annoncé ce matin sur Franceinfo de François de Rugy à Emmanuel Macron.

Par CR avec AFP

"Je m'engage dans cette élection présidentielle au côté d'Emmanuel Macron", a déclaré sur Franceinfo le président du Parti écologiste, qui comme tous les candidats à la primaire s'était engagé à soutenir le vainqueur du scrutin, en l'occurrence Benoît Hamon. M. Macron, lui, n'était pas engagé dans cette consultation. "Je préfère la cohérence à l'obéissance", a justifié le député de Loire-Atlantique, également vice- président de l'Assemblée, qui a toutefois reconnu que M. Hamon était "légitime pour être le candidat du Parti socialiste", grâce à sa large victoire à la primaire, pour laquelle M. de Rugy a réuni 3,82 % des voix.

"François de Rugy a signé un engagement sur l'honneur de soutenir le vainqueur de la primaire. Ne pas respecter sa parole est une faute morale", a dénoncé le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis sur son compte Twitter. "Le choix de François de Rugy est cohérent et responsable. Heureux de défendre à ses côtés une écologie positive et progressiste", a en revanche salué Gérard Collomb, maire PS de Lyon et soutien d'Emmanuel Macron, également sur Twitter.

Ecoutez le réaction de Véronique Massoneau, députée EELV de la Vienne, qui choisit elle de soutenir Benoit Hamon :
Réaction de Véronique Massonneau après le ralliement de F. de Rugy à E. Macron
Propos recueillis à l'Assemblée nationale par A. Morel et L. Gautier.

 

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Trois députés de Poitou-Charentes vivaient aujourd'hui leur dernière session parlementaire

Actualités locales

Les + Lus