Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Albert Chennouf : la mémoire à vif, cinq ans après l'affaire Merah

Albert Chennouf-Meyer, père d'Abel Chennouf tué par Merah. / © MaxPPP
Albert Chennouf-Meyer, père d'Abel Chennouf tué par Merah. / © MaxPPP

Il est le père de l'une des victimes de Mohamed Merah. Son fils Abel est mort à Montauban, avec un autre militaire de son régiment, le 15 mars 2012. Depuis, Albert Chennouf a entrepris un long combat pour que la responsabilité de l'Etat soit reconnue. Il tente désormais de tourner la page. 

Par Laurence Boffet

"Cette affaire a déglingué les familles. Personnes n'est intact." Albert Chennouf-Meyer

De son fils Abel, tué par Mohamed Merah devant sa caserne de Montauban le 15 mars 2012, il ne fera jamais le deuil. Mais après cinq ans de combat, notamment pour faire reconnaître la responsabilité de l'Etat dans la mort de son fils, Albert Chennouf-Meyer tente aujourd'hui de tourner la page. "La vie continue", dit-il, à la veille du cinquième anniversaire de la mort d'Abel. La vie continue à Manduel, dans le Gard, où il est installé. Entre colère et inquiétude.

Pascale Barbes et Pierre Trouillet de France 3 Pays Gardois l'ont rencontré chez lui : 
Albert Chennouf, l'imposible deuil
Cinq après l'attentat perpétré par Mohamed Merah à Montauban et qui a coûté la vie à son fils Abel, Albert Chennouf tente de tourner la page, entre colère et inquiétude.  - Pascale Barbes / Pierre Trouillet

Il y a cinq ans, devant la caserne de Montauban

Le 15 mars 2012, un jeudi, vers 14h10, trois militaires du 17ème régiment du génie parachutiste de Montauban sont devant le distributeur de billets de la Caisse d'Epargne, en face de leur caserne. Un homme s'approche après avoir garé son scooter. Il tire et tue deux militaires, le sapeur-parachutiste Mohamed Legouad et le caporal Abel Chennouf, achevé alors qu'il est à terre. Il blesse à la tête et au thorax le caporal Loïc Liber et le laisse pour mort. Malgré l'intervention d'un autre militaire qui a assisté à la scène, le tueur parvient à s'enfuir en scooter. On saura plus tard qu'il s'agit de Mohamed Merah. Le même homme qui a tué un autre militaire à Toulouse quatre jours auparavant. Celui qui tuera ensuite trois enfants et un enseignant à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse quelques jours plus tard avant d'être abattu par le RAID dans le siège de son appartement. 

Le combat d'un père

Albert Chennouf-Meyer a écrit un livre sur son fils. Il a aussi attaqué l'Etat devant le tribunal administratif de Nîmes pour faire reconnaître la faute des services de renseignement dans la surveillance de Merah. Le tribunal lui a donné raison en juillet dernier en condamnant l'Etat mais ce dernier a fait appel

Des commémorations le 19 mars 2017

Les commémorations officielles auront lieu le 19 mars, date anniversaire de la tuerie à l'école juive de Toulouse. Samedi, une cérémonie a eu lieu au Maroc, en souvenir de la première victime de Mohamed Merah, Imad Ibn Ziaten, dont la mère se bat elle aussi pour célébrer la mémoire. 
Le Président de la république, François Hollande, s'est également adressé aux familles des victimes de Merah pour leur pour leur dire que "la France est toujours à leurs côtés" et qu'elle "poursuivra inlassablement sa lutte contre le terrorisme".

Un procès à l'automne

Cinq ans après les tueries perpétrées par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban, seules deux personnes sont poursuivies. Son frère aîné, Abdelkader, et un petit délinquant, Fettah Malki. tous deux comparaîtront en octobre prochain devant la cour d'assises spéciale de Paris.

Retrouvez ici l'intégralité de notre dossier sur l'affaire Merah



A lire aussi

Sur le même sujet

Sainte-Eulalie d’Olt (Aveyron) : un village au secours de sa boulangerie

Près de chez vous

Les + Lus