Aude : au Salin de Gruissan, on s'active pour ramasser le sel

La récolte du sel de Gruissan doit être terminée avant l'équinoxe de septembre. / © FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre
La récolte du sel de Gruissan doit être terminée avant l'équinoxe de septembre. / © FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre

Dans l'Aude, la récolte de sel à Gruissan a commencé il y a quelques jours. En quelques semaines, 15 000 tonnes doivent être ramassées, soit un peu moins qu'en 2016. Avec un climat plus doux, la demande est en effet moins importante.

Par R. D.

Au Salin de Gruissan, dans l'Aude, les récoltes de sel ont commencé depuis vendredi dernier, soit un peu plus tôt que d’habitude. Au total, 15 000 tonnes de sel doivent être ramassées d’ici fin septembre.

"C’est la météo qui nous fait avancer un peu les récoltes, explique Patrice Gabanou, maître Saunier. Ce qui est important pour nous c’est d’avoir fini ou presque fini avant l’équinoxe d’automne, parce qu’à ce moment-là il y des précipitations, et on risque de perdre la récolte."

© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre
© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre

Le reportage de Jean-Michel Escafre et Stéphane Taponier :

Aude : au Salin de Gruissan, on s'active pour ramasser le sel
Dans l'Aude, la récolte de sel à Gruissan a commencé il y a quelques jours. En quelques semaines, 15 000 tonnes doivent être ramassées, soit un peu moins qu'en 2016. Avec un climat plus doux, la demande est en effet moins importante. - France 3 Occitanie - Reportage : Jean-Michel Escafre / Stéphane Taponier

Récolte manuelle et mécanique

La récolte est mécanique pour le sel industriel, qui peut être utilisé de 14 000 façons différentes : salage des routes, adoucisseurs d’eau, alimentation…

La fleur de sel en revanche, est quant à elle récoltée à la main, depuis le mois de juillet. Ces cristaux haut de gamme, affleurant sur les tables salantes, demandent un soin perpétuel.

© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre
© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre


Débouchés

A Gruissan, tous sels confondus, la production cette année devrait être un peu moins généreuse que celle de l'année  précédente.

Ces dernières années, les débouchés dans le salage hivernal sont difficiles à trouver. La faute, une fois encore, à la météo : les hivers étant plus doux, les routes ont moins besoin d’être salées.

© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre
© FR 3 Occitanie / Jean-Michel Escafre


Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus