Dans l'Aude aussi, les vendanges sont précoces, et les viticulteurs s'inquiètent

A Coursan, Olivier Hernandez récolte en plus faible quantité cette année. / © Fr 3 Occitanie / Frédéric Guibal
A Coursan, Olivier Hernandez récolte en plus faible quantité cette année. / © Fr 3 Occitanie / Frédéric Guibal

Le gel du printemps dernier a des conséquences lourdes pour les viticulteurs. Dans l’Aude, où les vendanges ont commencé il y a une dizaine de jours, la production sera plus faible cette année : les exploitants craignent une baisse d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires.

Par R. D.

L’Aude n’y échappe pas : cette année, les vendanges sont en avance. A Coursan, Olivier Hernandez s’active déjà dans ses vignes. C’est la première fois qu’il récolte aussi tôt.

Des vendanges précoces donc, mais aussi en faible quantité. "D'habitude on vide toutes les 6 rangées à peu près, 5-6 rangées, et là on aura fait plus de ¾ de la vigne et on aura vidé 1 200 kilos maximum", constate le viticulteur.

On est loin des 11 tonnes récoltées d’ordinaire sur cette vigne de Merlot. La faute notamment au gel du printemps dernier, qui a tué les bourgeons et empêché la naissance du fruit.

Le reportage de Lily Le Piver et Frédéric Guibal :
Coursan (11) : des vendanges précoces cette année, les viticulteurs inquiets
Le gel du printemps dernier a des conséquences lourdes pour les viticulteurs. Dans l’Aude, où les vendanges ont commencé il y a une dizaine de jours, la production sera plus faible cette année : les exploitants craignent une baisse d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires. - France 3 Occitanie - Reportage : Lily Le Piver / Frédéric Guibal


Conséquences désastreuses

Le cas d’Olivier Hernandez n’a rien d’exceptionnel : c’est 80% des vignes de la plaine du Coursan qui ont été touchées par le gel. Avec des conséquences désastreuses pour les viticulteurs.


© Fr 3 Occitanie / Frédéric Guibal
© Fr 3 Occitanie / Frédéric Guibal


Sébastien Boyer, directeur de la cave coopérative de Coursan, estime à 8 millions d’euros la perte cette année.

8 millions sur un chiffre d’affaires d’environ de 15 sur les dernières années, ça fait du dégât.


L’an passé, c’est la sécheresse qui avait déjà causée une production moindre.


A lire aussi

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus