Le centre expérimental INRA de Gruissan teste de nouveaux cépages “super bio”

Gruissan (Aude) - des cépages expérimentaux de l'INRA de Pech rouge - juin 2017. / © F3 LR
Gruissan (Aude) - des cépages expérimentaux de l'INRA de Pech rouge - juin 2017. / © F3 LR

Après des années de sélections, d'hybridations, de croisements et d'expérimentations, de nouveaux cépages "super bio" seront disponibles en 2018. Ces vignes du XXIe siècle seront écolos, rentables et adaptées au climat. Visite à Pech rouge, l'unité expérimentale de l'INRA, à Gruissan dans l'Aude.

Par Fabrice Dubault

Des cépages pour des supers vins bio disponibles en 2018


Sur le site de Pech rouge, à Gruissan, depuis 2005, l'INRA teste des cépages résistants aux maladies, notamment à l'oïdium et au mildiou, ce qui doit à terme, permettre de réduire, voire supprimer totalement les traitements chimiques.
Cette avancée représente une économie financière importante pour la production et surtout la possibilité de produire bio. Ces nouveaux cépages sont le fruit de sélections et de croisements qui ont débuté dans les années 70,
Presque 50 ans d'hybridation.

Le but est aussi de réaliser des cépages avec un bon rendement, une grande qualité et adaptés à nos régions qui se réchauffent et où la pluie est et sera de plus en plus rare.
Ces premiers nouveaux cépages français, devraient être disponibles en 2018, les débuts du super vin bio.

Le Languedoc-Roussillon est précurseur en matière de réduction de produit phytosanitaire, notamment le pays narbonnais qui s'est lancé dans le plan Ecophyto dès 2010.

Gruissan (11) : Le centre expérimental INRA teste de nouveaux cépages "super bio"
Après des années de sélections, d'hybridations, de croisements et d'expérimentations, de nouveaux cépages "super bio" seront disponibles en 2018. Ces vignes du XXIe siècle seront écolos, rentables et adaptées au climat. Visite à Pech rouge, l'unité expérimentale de l'INRA, à Gruissan dans l'Aude. - F3 LR - Reportage : T.Will et F.Detranchant

L'eau, l'irrigation et la résistance des cépages à la sécheresse


Depuis 2000, le Languedoc-Roussillon subit la sécheresse, et là aussi, le pays narbonnais est en première ligne.
La solution testée ici, est d'utiliser les eaux des stations d'épuration. Depuis 2010, des vignes sont irriguées avec des eaux de différentes qualités.

L'utilisation des eaux usées pour l'agriculture est très courante dans de nombreux pays, comme en Australie, Israël, Californie, Espagne et avec des contrôles sanitaires moins stricts qu'en France.
Et dans notre région, irriguer la vigne est désormais incontournable.

Sur le même sujet

Tarn : retour à la semaine des quatre jours dans les écoles de Castres

Près de chez vous

Les + Lus