Frontignan : les propriétaires des cabanes des Aresquiers doivent partir

Les propriétaires des cabanes des Aresquiers, à Frontignan, doivent partir avant le 31 décembre - 2 octobre 2016 / © I. Bris /F3 LR
Les propriétaires des cabanes des Aresquiers, à Frontignan, doivent partir avant le 31 décembre - 2 octobre 2016 / © I. Bris /F3 LR

A Frontignan, dans l'Hérault, les cabanes des Aresquiers sont en zone rouge inondation. La préfecture de l'Hérault demande aux propriétaires de déménager avant le 31 décembre. Mais la trentaine de propriétaires concernés conteste le risque d'inondation et va saisir la justice.

Par Z.S. avec I. Bris


Bataille judiciaire en vue aux cabanes des Aresquiers, à Frontignan, dans l'Hérault.

Bataille judiciaire en vue


32 familles, propriétaires des maisons sur le bord du canal des Aresquiers ont reçu l'ordre de libérer les lieux par les Voies Navigables de France, propriétaires du terrain. L'État estime que la zone est dangereuse en cas de coup de mer, un argument que rejettent tous les habitants de ce petit paradis.

Pas des squatteurs


Les habitants du canal des Aresquiers ont décidé de faire front. Les premières cabanes ont été construites dans les années 20, sur des terres louées à l'État par convention. Les habitants ne squattent pas, ils paient tous des impots fonciers et locaux.

Un reportage d'Isabelle Bris et Benoit De Tugny
Frontignan (34) : les propriétaires des cabanes des Aresquiers doivent partir avant la fin de l'année
A Frontignan, dans l'Hérault, les cabanes des Aresquiers sont zone rouge inondation. La préfecture de l'Hérault demande aux propriétaires de déménager avant le 31 décembre. Mais la trentaine de propriétaires concernés conteste le risque d'inondation et va saisir la justice. - F3 LR - Reportage : I. Bris et B. De Tugny

Le site en zone rouge inondation


Le site est passé en zone rouge inondation en 2010. L'Etat fait valoir un fort risque de submersion marine et souligne la difficulté d'accès pour les secours. Des arguments incompréhensibles pour la plupart des riverains.
Les habitants du quartier se sentent protégés par la nouvelle digue, construite le long de la plage des Aresquiers.

Les habitants doivent partir avant la fin de l'année


Rassemblés en association, les habitants ont engagé un avocat et comptent maintenant attaquer l'Etat devant le tribunal administratif. Ce recours n'est pas suspensif, l'ordre d'expulsion reste valable : au 31 décembre, les habitants de ce havre naturel seront hors la loi.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Les images de la manifestation des lycéens contre les violences policières

Actualités locales

Les + Lus