Gard : Saint Mamet engagé dans le commerce équitable avec les producteurs de fruits

illustration / © F3 LR
illustration / © F3 LR

Le groupe français spécialiste des conserves de fruits, Saint Mamet, a annoncé ce vendredi avoir passé un accord de commerce équitable avec la coopérative qui le livre en fruits. Saint-Mamet a été choisi pour fabriquer la compote "C'est qui le patron?!".

Par FD avec afp

Les boites de conserves de fruits en morceau arboreront un logo "Fruits équitables français du sud".

"Nous avons passé un accord de commerce équitable nord/nord de 20 ans avec 150 arboriculteurs de la coopérative Conserve Gard", a déclaré le PDG de Saint Mamet, Matthieu Lambeaux, lors d'une conférence de presse.

Cela permet déjà une augmentation des prix de 5%, "une rémunération juste et équitable", selon le PDG, et ces prix seront revalorisés sur 5 ans.

"C'est un pari sur l'avenir, car si St Mamet n'est pas capable de passer de hausses de prix" auprès de la grande distribution, "il n'y aura plus de St Mamet, le risque est énorme", a assuré Matthieu Lambeaux.


Mais il estime qu'il en va de l'avenir de l'entreprise puisque cette démarche "permet de soutenir la replantation de 500 hectares" de poiriers, de pêchers, d'abricotiers et de pommiers, ainsi que la conversion au bio.

"Si on ne fait pas ça, il n'y aura plus d'arbres".


"L'idée du partage de la valeur est un signe fort qui a permis au monde agricole de se remettre autour de la table pour voir comment arrêter l'hémorragie et rebooster les vergers", a pour sa part déclaré le président de la coopérative d'arboriculteurs Thierry Meynier de Salinelles.


Saint Mamet fabricant de la compote "C'est qui le patron?!"


Saint Mamet lance également une compote de pommes sous la marque du consommateur créée par Nicolas Chabanne, à l'origine pour vendre du lait, et qui s'étend à d'autres produits, toujours après une enquête auprès des consommateurs sur le prix qu'ils sont prêts à payer pour rémunérer correctement les agriculteurs.

"Nous avons un contrat de trois ans avec les arboriculteurs pendant lequel les prix ne bougent pas. Nous sommes tombés d'accord avec les agriculteurs et un distributeur, Carrefour, sur la marge que chacun fait", soit à peu près un tiers pour chacun des acteurs, a expliqué M. Lambeaux.

Saint Mamet a été racheté il y a deux ans par le fonds de participations français Florac, qui a mis à sa tête une équipe de dirigeants venus de grandes firmes de l'agro-alimentaire, dont Matthieu Lambeaux, précédemment directeur général de Findus France.

A lire aussi

Sur le même sujet

Haute-Garonne : appel à témoins pour compendre la noyade d'une femme au Vernet d'Ariège

Près de chez vous

Les + Lus