Une écolière fait une grave chute à Nîmes : sa maman veut porter plainte

illustration / © F3 LR
illustration / © F3 LR

Une fillette de 6 ans est entre la vie et la mort après une chute dans la cour de récréation de l'école d’Alzon à Nîmes, lundi matin. Sa maman dénonce le manque de sécurité dans l'établissement et a l'intention de porter plainte.

Par Z.S. avec E. Félix


Le pronostic vital d'une écolière de 6 ans, élève de CP à l’école d’Alzon à Nîmes, est engagé après une chute dans la cour de récréation, lundi matin.

Une écolière fait une grave chute à Nîmes


La mère de la fillette, jointe par téléphone par France 3 Occitanie, assure avoir été contactée par l'école lundi vers 10h15, avec des nouvelles rassurantes. "Votre fille est tombée d’un arbre dans la cour de récréation. Rien de grave.", aurait ainsi expliqué l'école dans un premier temps.

La fillette entre la vie et la mort


Une fois arrivée sur place, elle découvre sa fille prise en charge par les pompiers, dans le coma. D’abord hospitalisée au CHU de Nîmes, celle-ci a subi un scanner. Le neurochirurgien, jugeant son état critique, l'a fait transporter par hélicoptère à l’hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier. Diagnostic : fracture du crâne, côtes cassées, un poumon perforé. Elle est entre la vie et la mort.

Un accident selon la police


La direction de l’Institut d’Alzon, établissement privé, qui gère cette école primaire, parle d’accident avéré (aucune intention de nuire ni défaut de surveillance) tout en reconnaissant la gravité des séquelles. La fillette participait au jeu du loup et serait tombée d’un muret d’une quarantaine de centimètres de haut, la tête la première, selon les policiers. 
Une enquête de police a été ouverte afin d'établir les faits avec exactitude.

Le papa a porté plainte


Lena serait-elle tombée d’un muret ou aurait-elle été bousculée volontairement par un autre élève ? La mère de l'enfant, qui a reccueilli les témoignages indirects d'adultes qui travaillent dans l'établissement (indirects car aucun des 9 adultes présents dans la cour à ce moment-là n’a assisté à la scène), s'interroge et a l'intention de porter plainte. Le père de la petite fille a indiqué à France 3 Occitanie qu'il a porté plainte cet après-midi au commissariat de police de Nîmes.
D’autres parents d'élèves seraient prêtes à témoigner du manque de sécurité et/ou de surveillance dans l’établissement.

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus