Nouveau homejacking violent durant la nuit à Nîmes

illustration / © Maxppp
illustration / © Maxppp

Un homme âgé d'une cinquantaine d'années dit avoir été victime d'un homejacking, chez lui, à Nîmes, dans la nuit de mardi à mercredi. Les policiers du SRPJ enquêtent et tentent de recouper les faits. Si cette attaque s'avère réelle, ce serait la 3e de ce genre à Nîmes depuis août 2016.

Par Fabrice Dubault

Il s’agit, selon l'antenne nîmoise du service régional de la police judiciaire de Montpellier en charge de l'enquête, d’une affaire pas très claire.

La victime, un homme d’une cinquantaine d’années, dit avoir été agressée en pleine nuit par 5 ou 6 individus avec cagoules et pour certains d’entre eux, avec des armes.
La bande serait partie avec de l’argent et quelques biens.

Les enquêteurs vérifient les informations qui selon eux ne cadrent pas avec le "modus operandi" habituel

Ce qui interpelle les enquêteurs de Nîmes, c'est la "cible". La victime n'a pas le profil habituel car ce quinquagénaire n'a apparemment ni activité professionnelle, ni richesses particulières.
De plus, il vit dans un logement modeste, un appartement sans prétentions dans un immeuble de 3 ou 4 étages, situé dans un quartier plutôt populaire de Nîmes.

Les policiers envisagent que la victime leur cache quelque chose. Notamment la piste d'une dette ou bien qu'il puisse connaitre ses agresseurs, contrairement à ce qu'il a déclaré.
Autres questions, les hommes étaient-ils vraiment cagoulés et armés ?

Aucun autre logement n’a été visité.

Bref, si l’agression est plausible, le homejacking beaucoup moins.
Les victimes ciblées sont habituellement des chefs d’entreprise ou des patrons de magasins vivant dans des villas cossues, comme ce fut le cas en janvier dernier et en août 2016, également à Nîmes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gard : les carrières de Junas vibrent au rythme du jazz

Près de chez vous

Les + Lus