À Fleurance, dans le Gers, Hubert Reeves décrit un Donald Trump “un peu primitif”

Hubert Reeves est le parrain du 27e festival d'astronomie de Fleurance dans le Gers. Il a vivement critiqué le choix de Donald Trump de quitter les Accords de Paris. / © Thomas Padilla / MaxPPP
Hubert Reeves est le parrain du 27e festival d'astronomie de Fleurance dans le Gers. Il a vivement critiqué le choix de Donald Trump de quitter les Accords de Paris. / © Thomas Padilla / MaxPPP

En marge du festival d'astronomie de Fleurance, dans le Gers, le canado-français Hubert Reeves s'en est vivement pris à Donald Trump après sa décision de se retirer des accords de Paris sur le climat.

Par A. L. avec AFP

L'astrophysicien canado-français Hubert Reeves, ardent défenseur de la lutte contre le réchauffement climatique, s'en prend vivement à Donald Trump, un être "un peu primitif", dans un entretien avec l'AFP.

"C'est un être un peu primitif qui joue sur la notion de profit immédiat, sur les jobs du pétrole", a déclaré le scientifique après que la décision du président américain de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

"Même sur le plan économique, il se trompe et les Chinois le comprennent bien mieux que lui. Ils ne visent plus du tout les (énergies) fossiles", a ajouté le président d'honneur de l'Agence française de la biodiversité en marge du 27e festival d'astronomie de Fleurance (Gers), dont il est le parrain.

Trump, "limité en tant que penseur"

Interrogé sur les climatosceptiques qui réfutent l'impact humain sur le réchauffement de la Terre, il s'est agacé : "Je n'arrive pas à comprendre comment un être intelligent peut tenir de tels propos. Les preuves sont tellement évidentes. Donald Trump est ce qu'il est. Il est limité en tant que penseur".

"Il est évident que l'avenir de la transition énergétique, l'avenir de la planète, ce sont les énergies renouvelables. Ça paraît clair. Tout le monde le comprend sauf Donald Trump", a fustigé le scientifique.

"Nous savons que le charbon ou le pétrole, il y en a pour 20, 30, 50 ou 100 ans. Mais pour l'avenir de l'humanité, il faut compter sur des milliers d'années. Elle a déjà 200.000 ans. Les prévisions doivent être à l'échelle de l'humanité. Le pétrole c'est fini ! Trump est dans l'aveuglement", a dit Hubert Reeves, rappelant que "3.000 des meilleurs scientifiques de la planète" ont certifié que le réchauffement était dû à l'activité humaine.

"Les planètes B sont loin"

Le Franco-Québécois réfute le défaitisme même s'il constate une aggravation des phénomènes météorologiques, citant l'exemple de la tempête aux Philippines avec des vents de 300 km/h. "On avait jamais vu ça", a-t-il dit. Selon le scientifique, il est nécessaire de "dire la vérité", de ne "pas décourager".

"Un des grands problèmes, c'est la morosité de l'avenir. Il n'y a que la vitalité qui pourra nous sauver et il ne faut pas lui nuire avec des propos qui sont 'c'est foutu, ça va mal'". Aller sur une planète B ? "Si c'est pour faire la même chose...", a-t-il répondu.

"Le plus important est d'apprendre à vivre en harmonie avec la nature, à ne pas continuer à saccager notre planète. Le problème est aussi que les planètes B sont loin".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Montpellier : le MHSC à l'entraînement avant son déplacement à Toulouse, samedi

Près de chez vous

Les + Lus