La grenade, le fruit aux multiples bienfaits, se cultive aussi dans le Gard

La grenade s'impose de plus en plus dans l'alimentation des Français. Longtemps oublié, ce fruit séduit autant pour son goût que ses vertus nutritionnelles.

© MAXPPP
C’est un retour en grâce pour un fruit longtemps oublié. La grenade s’impose de plus en plus dans le régime alimentaire de l’homme.

Tendre et croquant, le fruit, composé d’alvéoles gorgées de jus a longtemps été importé des pays chauds, comme l’Espagne, la Turquie ou Israël.
Mais des cultivateurs français s’y mettent désormais, comme Jean-Claude Peretto qui cultive 4000 grenadiers sur 10 hectares en agriculture biologique.

Pour ce cultivateur du Gard, ce regain d’intérêt est dû au goût mais aussi aux bienfaits du fruit, jugé peu calorique.

Il serait bon contre l’hypertension, le vieillissement prématuré de la peau mais il serait également bénéfique pour la prostate.

Deux variétés sont cultivées, la Provence et la Mollar de Elche. Jean-Claude Peretto produit jusqu’à 40 tonnes de grenades par an mais prévoit d’augmenter la production avec une demande toujours plus forte.

En plus de la grande distribution, le fruit intéresserait la restauration haut de gamme, mais également l’industrie cosmétique et les compliments alimentaires.

Retrouvez le reportage de Stéphane Taponier et Bruno Pansiot-Villon :
durée de la vidéo: 01 min 48
La grenade, le fruit aux multiples bienfaits, se cultive aussi dans le Gard


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agro-alimentaire agriculture économie agriculture bio santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter