Le Château de Brax (Haute-Garonne), haut-lieu des résistants du “groupe Morhange”

Le château / © France "
Le château / © France "

Le chateau de Brax fut le QG pendant la guerre d'un groupe de résistants, le groupe Morhange. Visite de ce lieu qui fut le théatre de nombreuses exécutions de miliciens, de nazis et de collaborateurs par des résistants surnommés "les tueurs de traîtres".

Par Michel Pech

 Le temps de tous les dangers
En 1942, la Gestapo infiltre efficacement la résistance.Les dégats sont terribles.
Un résistant de réseau a un espoir de vie de 6 mois, pas plus. Alors il faut réagir.

Les agents X
Sous les ordres du capitaine Paillole, Marcel Taillandier, un ancien des services spéciaux de l'armée française, crée le Groupe Morhange.
Leur mission : éliminer les traitres, les collabos, par tous les moyens. En ce temps là, éliminer cela veut dire condamner à mort.

Michèle Ruelle revient à Brax
Michèle Ruelle est l'épouse de l'un des agents Morhange, les X.
Raymond Ruelle, son mari, sera X10.
Elle a accepté de revoir avec nous, le chateau de Brax, le QG des Morhange, là où étaient amenés les traitres. Le groupe Morhange comprendra 82 personnes dont 16 agents X.

Le château
Le groupe occupe l'ensemble de cet édifice du 14ème siècle dont le flanc suddonne sur le village de Brax.
Du rez-de-chaussée au chemin de ronde, ils installent bureaux et logements. Raymond Ruelle dormait dans l'une des petites tourelles noires qui lui servait aussi de tour de guet.

Le lieu des exécutions
Lorsqu'un ennemi était enlevé, il était conduit dans les sous-sol du chateau.
Après interrogatoire, il passait en jugement et on appliquait la mesure D, c'est à dire l'exécution.
Les cadavres devaient disparaitre. Ils étaient enterrés dans le parc. Plus de 70.

ASEI
Aujourd'hui, une association occupe les lieux. L'ASEI, l'Association pour la Sauvegarde des Enfants Invalides, prend en charge des personnes handicapées.
Ici le passé est assumé.

 Vidéo : le reportage de Michel pech et Denis Tanchereau
Le chateau de Brax
Résistance, le Groupe Morhange - Pech / Tanchereau

Sur le même sujet

Sète (34) : ras-le-bol et burn-out des policiers

Actualités locales

Les + Lus