L'église de Portet-sur-Garonne vandalisée, comme d'autres bâtiments municipaux dans la commune ces derniers temps

© DR
© DR

En un an, trois églises du sud Toulousain ont été vandalisées de manière similaire. La mairie de Portet-sur-Garonne dépose une plainte et explique que les vols et intrusions se multiplient dans les infrastructures publiques de manière générale et pas seulement dans les lieux de cultes.

Par Véronique Haudebourg

Depuis 2014, 3 églises situées au sud de l'agglomération toulousaine ont été vandalisées. Tout d'abord Pinsaguel avec le vol des chandeliers sur le tabernacle et la dégradations des portes de  l'église. Puis ce fut le tour de Roques où le tabernacle a été fracassé à coup de marteau et les hosties éparpillées sur le sol. 

Un tabernacle est un meuble qui abrite le ciboire contenant les hosties consacrées au cours de la messe. Il est en général placé au-dessus de l’autel. Il est utilisé pour l'adoration eucharistique. C'est aussi désigne un petit édificie qui orne les façades d'églises, comme sorte de petites maisons surmontées d'un toit pointu à pinacles abritant parfois une statue.

Ce mercredi en début d'après-midi, c'est l'édifice catholique de Portet-sur-Garonne qui a été la cible des vandales. Le tabernacle a été arraché et jeté à terre, des scuptures ornementales d'anges en bois doré datant du XVIIeme volées. Le père Père Bogdan Velyanyk, responsable de la paroisse affirme que l'église restera ouverte " pour que chacun puisse y entrer, pour des raisons spirituelles, culturelles ou personnelles."
Le tabernacle de l'église de Portet-sur-Garonne a été arraché et jeté à terre / © DR
Le tabernacle de l'église de Portet-sur-Garonne a été arraché et jeté à terre / © DR

Pour la mairie de Portet-sur-Garonne, il faut replacer ces actes, "visiblement motivés par le vol", dans un contexte plus général d'intrusions dans des infrastructures publiques. "L'église n'est pas le premier ni le seul équipement visé par des intrusions et des vols" explique-t-on au service communication. Des actes similaires peuvent se produire dans des maisons des sports, des centres de loisirs par exemple. Mettre en place un surveillance de tous les lieux municipaux serait bien trop coûteux.

Une manière également de répondre aux candidats de droite, malheureux des dernières élections départementales, Elisabeth Pouchelon et Eric Gautier pour qui "ces saccages visent les symboles mêmes de la religion catholique". Et demandent dans un communiqué la mise en place de vidéosurveillance dans les lieux de culte, "chrétiens en particulier".

Dans un communiqué, le député PS de la circonscription Christophe Borgel ainsi que les deux conseillers départementaux du canton, Annie Vieu et Sébastien Léry réaffirment que "La République, en France, garantit la liberté de culte. S’attaquer à une église, une synagogue, une mosquée, un temple, c’est d’une certaine façon mettre en cause cette liberté. L’église de Portet contient des œuvres qui appartiennent à notre patrimoine et notre mémoire. Les saccageurs sont des voyous et nous espérons qu’ils seront appréhendés."

Sur le même sujet

Sète (34) : ras-le-bol et burn-out des policiers

Actualités locales

Les + Lus