Après la décision du tribunal, les policiers devant l'école Al-Badr à Toulouse pour faire respecter sa fermeture

Le tribunal correctionnel de Toulouse a ordonné la fermeture immédiate de l'école Al-Badr, le 15 décembre dernier. / © France 3 Midi-Pyrénées
Le tribunal correctionnel de Toulouse a ordonné la fermeture immédiate de l'école Al-Badr, le 15 décembre dernier. / © France 3 Midi-Pyrénées

En décembre dernier, une décision de justice ordonnait la fermeture de l'école musulmane Al-Badr située dans le quartier Bellefontaine. Malgré tout, elle était jusque là restée ouverte. Ce matin, des policiers étaient présents devant les grilles pour faire appliquer cette fermeture.

Par Delphine Gerard

Plusieurs camions de police stationnés devant l'école Al-Badr. Selon France Bleu Toulouse, ce matin, les forces de l'ordre ont été déployées devant l'école musulmane pour faire respecter la décision de justice qui ordonnait sa fermeture. 

En novembre dernier, Abdelfattah Rahhaoui, directeur de l'école musulmane Al-Badr dans le quartier Bellefontaine, comparaissait au tribunal correctionnel pour "violences volontaires sur mineur", "ouverture d'un établissement scolaire sans autorisation" et "poursuite d'une activité malgré une mise en demeure de l'Education nationale. Le 15 décembre, il était condamné à 6 mois de prison avec sursis et interdiction de diriger un établissement scolaire. La fermeture immédiate de l'école était aussi prononcée.

Mais depuis, l'école était restée ouverte. Au début du mois, le procureur avait annoncé la décision d'envoyer des policiers accompagnés de représentants de l'éducation nationale pour informer les parents des enfants de la décision de justice, et leur proposer des solutions nouvelles de scolarisation.

Ce matin, les policiers étaient de nouveau sur place, pour s'assurer cette fois-ci de la fermeture.


A lire aussi

Sur le même sujet

Sète (34) : ras-le-bol et burn-out des policiers

Actualités locales

Les + Lus