Comment Jean-Luc Moudenc renoue avec la communauté homosexuelle de Toulouse

Jean-Luc Moudenc (au centre), alors député, lors de "la manif pour tous" à Toulouse le 5 mai 2013 / © MaxPPP
Jean-Luc Moudenc (au centre), alors député, lors de "la manif pour tous" à Toulouse le 5 mai 2013 / © MaxPPP

A quelques jours de la marche des fiertés LGBT (gay, lesbiennes, bi et trans), les associations ont rencontré le nouveau maire de Toulouse, à qui elles reprochait son engagement contre le mariage pour tous. Et la tendance est plutôt au dialogue constructif.

Par Fabrice Valery

C'est au départ un simple tweet. Quand Pierre Esplugas, adjoint au maire UMP de Toulouse chargé des musées, célèbre samedi dernier son premier mariage homosexuel, il le dit sur les réseaux sociaux, en l'occurence Twitter, avec les mots suivants : "Toulouse, ville de tolérance. Joie et fierté".
Un tweet qui n'a pas manqué de faire réagir dans la communauté homosexuelle et au-delà, beaucoup rappelant à Pierre Esplugas qu'il est l'adjoint de Jean-Luc Moudenc qui a manifesté et milité contre la loi sur le mariage pour tous.

"S'il trouve suffisamment important de faire un tweet pour cet événement, dit Noémie Henry, co-présidente de l'association Arc-en-Ciel, alors tant mieux, ça veut dire que les mentalités évoluent"

"Jean-Luc Moudenc a un passé, on ne l'oubliera pas"

Les responsables d'Arc-en-Ciel, qui fédèrent 20 associations gay, lesbiennes, bi ou trans en Midi-Pyrénées, ont rencontré Jean-Luc Moudenc depuis son élection au Capitole en mars : "On lui a rappelé qu'il a un passé, lié à son engagement contre le mariage pour tous et qu'on n'oubliera pas ce passé, précise Noémie Henry.
"C'était une prise de position individuelle, rétorque Laurent Lesgourgues, le conseiller municipal délégué à la diversité. Jean-Luc Moudenc s'est surtout battu sur la méthode, sur la manière dont le débat était mené. Mais c'est un républicain qui a toujours dit qu'il respecterait la loi".

EN VIDEO : lors de la "Manif pour tous" du 17 novembre 2012, Jean-Luc Moudenc demande un référendum à propos du mariage homosexuel : 

Jean-Luc Moudenc à la Manif pour tous

Les tensions ont souvent été vives entre les associations de défense des droits des homosexuels et l'ex-opposant municipal et ex-député. Mais depuis qu'il est maire, les rapports sont apaisés. "Il nous a dit qu'il était ouvert, volontaire pour oeuvrer ensemble et perpétuer le travail de la municipalité précédente dans la lutte contre l'homophobie, précise Noémie Henry. Ce serait stupide de notre part de ne pas accepter d'aller dans le bon sens. Tout en étant vigilant : on verra bien si c'est un effet d'annonce ou un coup marketing". 

Renforcer la lutte contre l'homophobie

Ce n'était pas prévu par le protocole, ni inscrit dans l'agenda officiel du maire, mais Jean-Luc Moudenc est apparu à "l'inauguration officielle du festival des Fiertés", le 3 juin salle des Illustres au Capitole et a pris la parole. Il a rappelé qu'il avait nommé un conseiller municipal délégué, Laurent Lesgourgues, chargé de mission "diversité et égalité", qui devra notamment renforcer la lutte contre l'homophobie et toutes les discriminations. Une priorité au moment où les actes homophobes se multiplient.

Jean-Luc Moudenc a recu "la marche des fiertés" au Capitole / © Matth DeuxTUnH
Jean-Luc Moudenc a recu "la marche des fiertés" au Capitole / © Matth DeuxTUnH

Le maire compte notamment sur la formation du personnel municipal (13.000 personnes) à la lutte contre toutes les formes de discrimination, entamée par la précédente municipalité. L'association Arc-en-Ciel a déjà dit son intérêt pour participer à cette formation. 

Dans la continuité 

"Je n'ai pas pour mission de couper la dynamique, indique Laurent Lesgourgues. On ne valide pas tout ce que faisait la précédente municipalité mais sur ce sujet on est totalement sur la continuité". L'élu jure qu'il n'y aura aucune baisse du volume de subventions aux associations LGBT cette année, malgré la chasse aux économies lancée tous azymuths par le maire, mais "si le volume global ne bouge pas, il y aura sûrement des ajustements d'une association à l'autre".

Pas d'élu de la ville de Toulouse à la gay-pride ?

Quand on pose la question de la présence du maire ou de son élu à la diversité à la Marche des Fiertés LGBT de samedi (lire encadré ci-dessous), la réponse fuse : "On n'a pas été invités", dit Laurent Lesgourdes. "Et on ne peut y être à titre individuel, car nous ne sommes pas militants. Si les associations veulent que l'on vienne, qu'elles nous invitent". Mais du côté d'Arc-en-Ciel, on précise que la Marche est ouverte à tous, élus ou simples citoyens, homosexuels ou hétéro. "Si Jean-Luc Moudenc vient, on ne lui garantit pas qu'il n'y aura pas quelques huées. Mais il a un service d'ordre, il sait gérer ça". 

"Pas de récupération politique"

"Nous donnons tous les gages d'une participation à la promotion de la diversité, ce qui ne permet aucune récupération politique, assure Laurent Lesgourgues. Notre but est simplement d'intégrer au mieux les minorités sexuelles à la société".
Mais en renouant le fil du dialogue autrefois coupé avec la communauté homosexuelle, Jean-Luc Moudenc tente de séduire des Toulousains qui sont aussi des électeurs. Au risque peut-être de dérouter ceux et celles qui refusaient le mariage pour tous et qui représentent une part non-négligeable de son électorat de mars dernier.  

Pour les 20 ans, les homosexuels appelés à se réapproprier la "Marche des Fiertés" à Toulouse

Les organisateurs de la "marche des fiertés" à Toulouse souhaitent qu'à l'occasion des 20 ans les participants "se réapproprient" l'événement. Les personnalités politiques qui voudront s'y associer "seront les bienvenues" mais "à titre personnel" selon Noémie Henry, qui indique que "le carré de tête sera occupé uniquement par les associations et les militants de la cause homosexuelle"
Un village associatif sera installé samedi 15 juin à partir de 11 heures place du Capitole. La marche partira du même endroit à 14 heures. 

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Sète (34) : ras-le-bol et burn-out des policiers

Actualités locales

Les + Lus