Le Conseil d’Etat donne raison aux sans-abri qui occupent des locaux inutilisés du CHU de Toulouse

75 personnes, membres du collectif Lascrosses occupent des bâtiments inutilisés du CHU de Toulouse depuis septembre 2016. / © Nico Reglat / Facebook
75 personnes, membres du collectif Lascrosses occupent des bâtiments inutilisés du CHU de Toulouse depuis septembre 2016. / © Nico Reglat / Facebook

Après plusieurs mois d'incertitudes et de combat judiciaire, c'est une victoire pour le collectif Lascrosses qui occupe depuis près d'un an des locaux inutilisés de l'hôpital Purpan. Contrairement à ce que réclamait le CHU, ces sans-abris ne seront pas expulsés. Le Conseil d'Etat s'y oppose.

Par Laurence Boffet

Cela fait des années que nous déménageons de bâtiments publics abandonnés en HLM désaffectés, et enfin nous avons gagné le droit d'avoir un toit sur la tête !!!" Le Conseil d’État a tranché. Nous ne serons pas expulsés !"

Pour le collectif Lascrosses, c'est une victoire. Après plusieurs mois de procédure le Conseil d'Etat vient de trancher en sa faveur en se prononçant contre l'expulsion des personnes sans-abri qui le composent.
Le 19 septembre dernier, 75 personnes à la rue, dont 25 enfants, avaient pris possesion du bâtiment Armengaud, l'ancien service des maladies infectieuses de l'hôpital Purpan. Dans ce bâtiment désaffecté, ils dormaient à même le sol, parfois à 22 dans la même pièce, mais avaient trouvé l'eau, l'électricité et le chauffage. Un abri, réquisitionné faute de place ailleurs. 
Depuis, l'hôpital avait engagé une procédure d'expulsion devant le Tribunal administratif de Toulouse. Sa requête ayant été rejetée, il avait saisi le Conseil d'Etat. Celui-ci lui a rejeté son pourvoi, le 12 juillet dernier. "On est très soulagé", explique Nico Reglat, membre du collectif "ça fait des années que ces familles vont d'immeuble en immeuble. C'est la première fois que les enfants vont pouvoir faire une rentrée tranquille avec un toit". 

Le DAL 31, qui occupe depuis janvier un autre pavillon du CHU de Toulouse, sur le site de Lagrave, avec 70 personnes dont 30 enfants, se dit aujourd'hui heureux de cette décision par la voix de son porte-parole pour le Sud-Ouest, François Piquemal. " On est heureux pour le collectif Lascrosses que le Conseil d'Etat ait tranché en sa faveur et ait débouté le CHU qui a pas mal de bâtiments vides. Cette situation n'était pas acceptable. Quand on voit qu'il y a plein de personnes à la rue et qu'il y a 80% de refus au 115 alors que l'Etat et la mairie ont plein de bâtiments vides à leur disposition et qu'ils n'appliquent pas la loi de réquisition. C'est très bien que le Conseil d'Etat ait penché en faveur de sans-abri qui occupent ces bâtiments faute de mieux."  

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus